Etienne Tshisekedi : 2 ans déjà dans l’au-delà !

0
207

1er février 2017 – 1er février 2019 : cela fait deux ans depuis qu’Etienne Tshisekedi a tiré sa révérence à Bruxelles. Sauf imprévu, une messe d’action de grâces devrait être organisée en sa mémoire, ce vendredi à la mi-journée en la Cathédrale Notre Dame du Congo.

Grand artisan du Dialogue politique du Centre Interdiocésain ayant
abouti à la signature, par toutes les parties prenantes à la crise de
légitimité causée par non organisation de l’élection présidentielle
dans les délais constitutionnels, de l’Accord dit de la Saint
Sylvestre, il avait été arraché brutalement à l’affection des millions
de Congolaises et Congolais en ce jour fatidique du 1er février 2017.

Après les ratés des « Concertations Nationales » tenues en 2013 car
non inclusives, et du Dialogue de la Cité de l’Union Africaine en
2016, un forum également non exclusif à cause de l’exclusion de la
véritable opposition, dont il était l’incarnation vivante, la voie
devant mener aux élections libres, démocratiques, transparentes et
apaisées paraissait toute tracée, surtout qu’il avait été désigné, à
l’unanimité, comme la personnalité chargée de piloter le Conseil
National chargé de la mise en œuvre dudit accord.
Le regretté président à l’Union pour la Démocratie et le Progrès
Social (UDPS), avait quitté la terre des hommes sans avoir occupé le
bureau qui lui était réservé à l’immeuble catholique La Reine de paix,
sur l’avenue des Huileries, dans la commune de la Gombe.
Sa dépouille, gardée dans une morgue de Bruxelles depuis deux ans,
n’avait pas pu être rapatrié à cause d’un feuilleton de malentendus
entre le pouvoir en place et la famille politique et biologique du
défunt au sujet du lieu des funérailles et du site de son inhumation,
privant ainsi des millions de militants et sympathisants disséminés à
travers le territoire national du droit de lui rendre un hommage pour
sa  lutte héroïque en faveur de la démocratie et du bien-être social
du peuple congolais.
Tous les accords signés à cette fin entre sa famille politique,
biologique avec le gouvernement sont restés depuis deux ans sans
suite.
Avec l’avènement, à l’issue des élections du 30 décembre 2018, de son
fils biologique et politique, Félix Tshisekedi, à la magistrature
suprême du pays, d’aucuns pensent qu’il s’agit là du couronnement que
méritaient les multiples sacrifices qu’il avait consentis pour que la
RDC s’engage dans la voie de la démocratisation.
Les militants et hauts cadres de l’UDPS espèrent non seulement le
rapatriement imminent de sa dépouille mortelle mais aussi sa
décoration comme « Héros national ».
Car, depuis la signature de la lettre des 13 parlementaires en 1978
contre les  dérives totalitaires de Mobutu et du mobutisme, le sphinx
de Limete est resté une figure emblématique et l’icône incontestable
de la démocratie pour notre peuple.
Le mot clé de sa campagne électorale en 2011, à savoir « Le peuple
d’abord », est resté à jamais gravé dans la mémoire collective. Pour
preuve, les combattants n’ont cessé de le scander le jeudi 24 janvier
2019 à l’intention de Félix Tshisekedi, lors de son investiture, au
Palais de la Nation, comme 5me Président de la République
Démocratique du Congo.

Eric Wemba

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •