ESURS : les responsables des universités congolaises à la recherche des solutions durables.

0
47

Dans le souci de mettre sur pied des politiques pouvant booster les pays de la Région des Grands Lacs à des solutions durables, profitables aux peuples actuels ainsi qu’aux générations futures, le ministère de l’Enseignement Supérieur, Universitaire et Recherche Scientifique (Esurs), en collaboration avec le Réseau des Solutions pour le Durable « SDSN/ONU), a organisé un atelier de restitution sur le thème «Opportunités et défis du développement durable dans la Région des Grands Lacs». Tenus, hier jeudi 21 août 2014 à l’hôtel Sultani, ces travaux ont été ouverts par Maker Mwangu, ministre intérimaire de l’ESURES.   

      Ayant regroupé les responsables et recteurs des institutions supérieurs et universitaires  ainsi que le centre de recherche scientifique de toute l’étendue de la République Démocratique du Congo, cet atelier avait pour objectif de présenter le projet du SDSN dans la région. Il s’agissait notamment de proposer certains thèmes clefs pour la région en vue d’élaborer une feuille de route pour le réseau régional. Cependant, la politique dudit projet SDSN vise à mobiliser l’expertise des scientifiques, des ingénieurs, des leaders du secteur privé, et de la société civile pour développer les solutions pratiques aux problèmes du développement durable aux échelles locales, nationales et mondiales

           A cet effet, le ministre a invité les participants à focaliser leur attention sur des questions pertinentes qui concernent le pays et qui rencontre les soucis de dirigeants. Cette rencontre était de grande importance pour ledit ministère pour la 4ème Edition de l’Exposition de 2014.

          Au cours des  travaux, seps communications ont été faites, notamment :

– La politique nationale d’exploitation et de gestion durable des hydrocarbures en RDC ;

– Le transfert de l’eau du fleuve,  son impact sur le développement durable dans la région des Grands Lacs ;

– Problématique de gestion durable des forets en RDC ; etc.

          En analysant ces questions, il a été démontré que la RDC a plusieurs défis à relever. Car, elle souffre d’une absence des politiques incitatives ; des ressources humaines qualifiées ; etc.

        Or, les ressources dont regorge la RDC exigent d’être exploitées de façon responsable afin de générer des ressources financières, de manière à développer le pays. Outre cette préoccupation majeure, ces ressources doivent être gérées rationnellement au profit des générations futures.

            Au sortir de cette rencontre, les participants ont été conviés à faire le choix des domaines de développement prioritaires proposés par la SDNS et le ministère en tenant compte de la spécificité de chaque institution dans la macroéconomie, dynamique des populations et limites planétaires ; la santé pour tous ; la bonne gouvernance des terres et des ressources extractives ; etc.

      Et, le mot de la fin a été dit par le professeur DéogratiasKimenyaMusailwa, directeur de cabinet du ministre, qui à son tour a invité les chefs d’établissement à adhérer au réseau afin de permettre au pays d’atteindre l’émergence dans une courte durée.

   Il faudrait noter que ces travaux ont connu la participation à distance (par vidéoconférence) d’autres pays tels que le Rwanda, le Burundi, la France.

Dorcas NSOMUE 

LEAVE A REPLY

*