ESU : La bonne gestion de OSOKONDA lègue un site à l’ISS

0
33

Les efforts fournis par les étudiants de l’Institut Supérieur de Statistique de Kinshasa (I.S.S./KIN) – grâce à un fonds propre intitulé : «Effort site» initié par le comité de gestion Osokonda pendant les années académiques 2007-2008 et 2008-2009 – viennent de produire définitivement les fruits escomptés et espérés par toute cette communauté universitaire de l’ISS/Kin. En effet, selon les renseignements qui nous parviennent des Titres fonciers, cet établissement public de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (E.S.U.) vient de remporter la bataille qui l’opposait au ministère de la Jeunesse et de Sports, depuis 2009, en recevant de la part des Services du Ministère des Affaires foncières, des titres définitifs – Certificat d’enregistrement – de la concession de 55,40m sur 51,40m sise Avenue Sendwe n° 6105, dans la commune de Kalamu.

 C’est la joie parmi les étudiants et même au sein de l’actuel comité de gestion de l’ISS/Kin qui est très content de recueillir les fruits de la bonne gestion du comité précédent, selon le principe de la continuité des services de l’Etat. Mais cet issue heureuse n’était pas envisageable, sans la détermination du comité Osokonda Okende.

          En effet, depuis 2007, Professeur ordinaire Osokonda recevait chaque semaine des menaces de déguerpissement de la part de l’Onatra pour que l’ISS/Kin – dont il était le président du Comité de gestion et qui regorgeait en ce moment là plus de 4000 étudiants – dégage les installations de l’ex Ecole de Navigation de l’Onatra, devenue le siège du projet régional CICOS. Le ministère de l’ESU, voulant résoudre ce problème, a attribué une concession  à l’ISS/Kin à Kimbondo, mais, ce n’est qu’un projet à long terme dont l’opérationnalité n’est pas envisageable dans l’immédiat. Car, rien n’y est encore fait, et n’est faisable dans l’immédiat. 

Eviter que les étudiants ne soient jetés sur la rue 

          Entre temps, le comité Osokonda devait éviter que les étudiants ne se retrouvent sur la rue avec les conséquences sociales et politiques que cela pouvait entraîner. Il a alors pris la courageuse décision de faire contribuer les étudiants à la construction du « Chantier Education » avec leur argent. Chaque étudiant devait verser pour cela une contribution à l’« Effort site » et à l’issue de deux années académiques d’efforts, il  obtint du ministre de l’Esu l’autorisation d’acheter un site pour son institut, répertoriée au n°2274/MINESU/CAB.MIN/MML/CB/RB/2009 du 15 août 2009. Le ministre qui, de son côté, s’était lui-même basé sur le Rapport de la Commission de Récupération des Immeubles et Terrains de l’Etat (CRITE) qui avait déjà enquêté sur ce terrain. C’est ainsi que la concession de Sendwe a été acquise et, selon les estimations, elle peut abriter les laboratoires, les bureaux et locaux de quelques 400 finalistes, en attendant des constructions plus élaborées.

          Malheureusement cet effort a attisé des sentiments contradictoires qui ont poussé le ministère de la Jeunesse et de Sports à nier l’achat de cette concession par le comité Osokonda. Vite on a accusé le comité de détournement malgré les documents présentés à qui de droit. Quelques temps après ce comité a été remplacé. L’attribution du certificat d’enregistrement à l’ISS/Kin prouve aujourd’hui qu’Osokonda et les siens ont mené le bon combat et pratiqué la bonne gouvernance. Les étudiants peuvent donc se réjouir avec raison parce qu’ils pensaient, à tort, avoir tout perdu.   SAKAZ

 

LEAVE A REPLY

*