Equateur : la CENI recule

0
192

La Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) a finalement renoncé à l’organisation de l’élection du vice-gouverneur de l’Equateur, telle que consignée prévue dans sa décision portant organisation de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs dans 11 provinces du pays.

Les observateurs attribuent cette volte-face à la vigilance du député national Henri Thomas Lokondo. On rappelle que cet élu de Mbandaka avait, dans sa dernière sortie médiatique, dénoncé le banditisme politique doublé d’une abomination juridique  consacrant la mort de
l’Etat si la CENI maintenait l’organisation de l’élection du vice- gouverneur dans la province de l’Equateur. Il se fondait sur le fait que le vice-premier ministre et ministre en charge de l’Intérieur n’avait pas constaté la vacance au poste de vice-gouverneur de l’Equateur.

Le bureau de la CENI n’a trouvé d’autre alternative que de reculer pour sans nul doute éviter le ridicule. Dans sa dernière décision revue et corrigée, l’Equateur ne figure plus parmi les provinces retenues pour l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs,
programmée pour le 26 août 2017.

Par conséquent, les candidats de 10 provinces restent en course, à
savoir le Bas-Uélé, le Haut-Katanga, le Kasaï-Central, le Kwilu, la
Mongala, le Haut-Lomami, le Sud-Kivu, le Sud-Kivu, le Sud-Ubangi, la
Tshopo et la Tshuapa, conformément à la lettre du 14 juillet 2017 du
vice-premier ministre Ramazani Shadari.
Il est bon de signaler que le Bureau de la CENI avait reçu une
délégation des députés de l’Equateur conduite par Henri Thomas Lokondo
avant de faire marche-arrière.

Eric WEMBA