EPSP: un faux détournement de 6 milliards de F.C. dénoncé par la C.S.A.P

0
41

La Confédération des Syndicats de l’Administration et Para-Etatique (C.S.A.P.), une plate-forme regroupant une dizaine de syndicats du secteur de la Fonction Publique et de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), dont CSAP, CGTCO, CPACO, FUDAAC, SAPC, SYNAPEA, SYNIT, SYSOLOU, a remis à notre rédaction, le samedi 25 septembre 2010, sa lettre N° CSAP/MMN/O611/2010, du 14 septembre 2010. Cette lettre signée par le président de cette plate forme, Norbert Mukenge Mbuyi, n’est rien d’autre qu’une protestation énergique adressée au ministre de la Justice et Droits Humains. En effet, ce dernier, par sa lettre n°2377 du 10 septembre 2010, parvenue à cette plate-forme, prend au sérieux la rumeur de détournement de 6 milliards de FC, que l’Intersyndicale de l’EPSP (banc syndical) a obtenu du gouvernement, suite aux négociations qui se sont déroulées au Cepas, du 17 au 20 août 2010. en vue d’obtenir une rentrée scolaire apaisée.

          Pour le président de cette plate-forme, cette somme est destinée à couvrir l’augmentation de la masse salariale à l’EPSP qui, dès la fin du mois de septembre, passera de 11.829.204.865Fc à 17.711.027.500Fc. Cette augmentation de 6 milliards de Fc – à mettre à l’actif de l’Intersyndicale de l’EPSP selon Norbert Mukenge – ne peut pas être détournée par un individu, qui qu’il soit, même pas par les responsables des services financiers de la Fonction publique ou de Secope (Service de contrôle et de paie des enseignants). Ensuite il s’est demandé s’il était possible de détourner déjà une rallonge financière que le gouvernement ne débloquera qu’à la fin du mois de septembre 2010 pour financer les rubriques suivantes : uniformisation des zones salariales pour 283.432 enseignants (2.316.209.863Fc) ; indemnité de transport pour 38.853 enseignants de Kinshasa (388.530.000Fc) ; frais de fonctionnement de 1.583 bureaux gestionnaires (427.410.000Fc) ; frais de fonctionnement de 24.491 écoles (1.102.095.000Fc) ; mutuelle de santé des enseignants (300.000.000Fc). Ces diverses sommes, selon les explications fournies à notre journal par le Président de la CSAP, sont à ajouter à l’ancienne enveloppe qui était de 11.829.204.865Fc pour donner à la fin de ce mois de septembre 17.711.027.500Fc. 

Sabotage retardé de la rentrée scolaire 

          Au nom de sa plate-forme, le président de la CSAP s’est dit indigné qu’on essaie de fouler aux pieds les efforts des syndicalistes pour l’amélioration, tant soit peu, du vécu quotidien des enseignants grâce au protocole d’accord signé entre les ministères de l’Epsp, de Finances, du Budget,  de la Fonction publique et l’Intersyndicale de l’Epsp. Il pense que ces rumeurs ne sont rien d’autre qu’un sabotage retardé de la rentrée scolaire et une incitation déguisée à la grève des enseignants. Se référant à un paragraphe de sa lettre au ministre de la Justice, il note que si les  enseignants de l’arrière-pays apprenaient que leur argent serait déjà détourné, il risque fort bien de lancer un mot d’ordre de grève, de boycott et de sabotage de la rentrée scolaire qui a pourtant bien réussi cette année.

          Enfin, le CSAP demande à la justice de s’occuper de toute personne coupable de la diffusion de telles fausses rumeurs capables d’embraser ce secteur sensible.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*