Epsp : mobilisation des troupes pour rénover l’école congolaise

0
47

IMG_0463Les assises de la Commission Nationale de Promotion Scolaire de l’année 2013 se tiennent depuis hier, lundi 05 août 2013, dans la grande salle des conférences de l’Institut Bokeleale, dans la commune de la Gombe. Ouverts par Maker Mwangu Famba, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), ces travaux sont programmés pour cinq jours – soit du 05 au 09 août 2013 – et réunissent les responsables tant nationaux que provinciaux et locaux de l’EPSP. Parmi eux, on a noté aussi la présence des représentants des plusieurs partenaires éducatifs nationaux et ceux des responsables des réseaux privés agréés de l’E.P.S.P. Comme l’a souligné Dieudonné Lufunisabo Bundoki, secrétaire général à l’EPSP dans son mot introductif, ces assises placées sous le thème de « Un enseignement équitable et de qualité pour un Congo émergent » se tiennent à un moment important où le ministère est en phase de mise en œuvre de son Plan Intérimaire de l’Education (P.I.E.) pour la période de 2012 à 2014. Dans ce sens, elles offrent l’opportunité d’examiner tous les problèmes qui touchent à la vie du sous-secteur de l’EPSP, mais aussi elles constituent un cadre où dans un esprit partenarial, tous les acteurs concernés réfléchissent ensemble en vue de poser les jalons pour l’avenir de notre système éducatif.

            Prenant la parole à l’ouverture des travaux, Maker Mwangu Famba a, de prime abord, souhaité un bon séjour dans la capitale à ses nombreux collaborateurs venus de l’intérieur du pays pour apporter leur précieuse contribution à la construction d’un solide système éducatif au profit de tous les enfants congolais. Il les a félicité pour leur implication dans la réalisation des travaux en rapport avec l’avancement du «Chantier Education» tout au long de l’année scolaire 2012-2013 et noté l’intérêt qu’il y a à faire présentement le point des forces disponibles et à prendre conscience des faiblesses pour mieux avancer dans l’avenir. Mais tout cela, a-t-il répété, à une condition : la réalisation de ces travaux doit reposer sur la ‘Stratégie de reconstruction et de développement de l’E.P.S.P. et du Plan intérimaire de l’Education (P.I.E.)’ qui en planifient les phases d’exécution. Et le premier effort qu’il a demandé à tous ces responsables nationaux, provinciaux et locaux de l’EPSP est celui de s’approprier et d’intérioriser de manière effective la teneur de la Stratégie et du PIE.

Nécessité d’une main-d’œuvre qualifiée suivant les besoins des provinces

Il leur a demandé un changement des mentalités et des méthodes de travail pour assurer une gestion axée sur les résultats. Pour lui, cela devra les amener à manifester de manière active, plus d’implication encore dans l’effort de mise en œuvre de cette réforme éducative en cours. Enfin, pour terminer, il a dit que cette réforme, particulièrement la transformation des écoles d’enseignement général et normal en écoles d’enseignement technique et de formation professionnelle doivent tenir compte des réalités et besoins du développement national, social et économique suivant les spécificités de nos provinces, en les dotant d’une main-d’œuvre qualifiée.

            Le programme de travaux prévoient  des exposés autour des sous-thèmes tels que Etat de mise en œuvre du P.I.E. ; Bancarisation de la paie des enseignants ; Problématiques de la Carte scolaire, de la retraite du personnel enseignants ou encore du Projet de soutien à l’Education de base (Proseb) etc.

LEAVE A REPLY

*