EPSP : le Secope a maîtrisé les effectifs du réseau d’Enseignement « Eseco »

0
716

Pendant le mois d’août 2011 qui vient de s’achever, les principaux responsables du Service de contrôle et de paie des enseignants (Secope), du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.) ont été accusés en justice pour avoir fermé certaines écoles non viables du réseau de l’Eglise du Saint Esprit au Congo (Eseco). Le responsable de cette église, Mfumu Mapanda s’est indigné plus d’une fois devant la presse et la justice du fait que ses écoles étaient fermées injustement pour non viabilité. C’est ainsi qu’il s’est cru dans l’obligation de se plaindre devant la justice contre les responsables du Secope et du Secrétariat à l’Epsp. Très indigné par ce comportement, les responsables de l’Epsp et particulièrement du Secope ont fourni des explications très précises à ce sujet.

Depuis l’année 2009, un différend oppose le Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), au réseau d’Enseignement de l’Eglise du Saint Esprit au Congo (Eseco) concernant les effectifs fictifs du personnel administratif et enseignant de ce réseau censé bénéficié des salaires octroyés par le Trésor public.

Les textes légaux créant le Secope lui assigné des missions précises, parmi lesquelles il doit absolument maîtriser les effectifs qui émargent au budget de l’Etat. Il doit s’assurer de la viabilité (conditions matérielles, pédagogiques et psychologiques) des classes dans lesquelles étudient les élèves ici au Congo. Et lors de ce contrôle du réseau d’Enseignement Eseco, il est apparu clairement que le représentant légal de cette église ne respectait pas les conditions fixées pour le fonctionnement normal d’une classe.

En plus de cela, il y a des écoles privées dont les propriétaires sont venus témoigner qu’elles leur appartenaient, mais que l’Eseco avait inséré sur sa liste du personnel enseignant pour être payé par le Trésor public. Cela, pour Secope, est un détournement de l’argent de l’Etat. Par ailleurs, plusieurs classes de primaires, séparées uniquement par un morceau de tissu, sont logées dans la grande salle du temple de leur Eglise. Les contrôles effectués en 2009, en 2010 et en 2011 ont donc permis de sélectionner les écoles et classes viables qui sont payées jusqu’à présent et de retirer la paie pour les écoles et classes non viables dont les enseignants et les élèves ont été reclassés dans d’autres établissements. Par ailleurs, les écoles privées ont été laissées à leurs propriétaires pour gestion privée. Ce toilettage pédagogique a conduit le représentant légal de cette église à accuser le ministère de l’Epsp à la justice, alors que, pour le ministère, c’est bien lui qui devait répondre de ses actes.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*