EPSP : la bancarisation des frais scolaires a commencé

0
36

Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name: »Tableau Normal »; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent: » »; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-ansi-language:#0400; mso-fareast-language:#0400; mso-bidi-language:#0400;}


            Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker Mwangu Famba, rappelle à toutes les écoles publiques – conventionnées et non conventionnées, basées dans les villes de Kinshasa et Lubumbashi – l’obligation d’ouverture d’un compte bancaire dès la rentrée scolaire du 10 janvier 2011, après le congé de Noël. Le ministre est satisfait de la rentrée effective, depuis cette date, des élèves à l’école et précise que les mesures d’ouverture des comptes bancaires répondent à la nécessité d’éviter que les élèves ne deviennent des intermédiaires financiers entre leurs parents et l’école pour ne se consacrer qu’à leurs études. Cette mesure devrait éviter la mauvaise gestion des frais scolaires et permettre aux parents – qui désormais ne pourront payer les frais scolaires que par le compte de l’école de n’amener à l’école que les preuves de paiement – de ne s’acquitter que des frais réguliers, connus par les autorités. Pour le ministre, tout paiement des frais directement à l’école est désormais interdit.

 

          En outre, le ministre a justifié le choix de deux villes, à savoir Kinshasa et Lubumbashi, par l’essaimage des services bancaires qui s’y trouvent. Une fois cette expérience concluante, elle sera étendue à d’autres villes du pays. A ceux qui disent que c’est une initiative qui vient sur le tard, au début du deuxième trimestre 2010-2011, le ministre répond qu’il n’est jamais tard pour mieux faire. Toutefois, il a expliqué avoir entrepris d’obtenir l’autorisation d’ouverture des comptes bancaires pour les écoles publiques auprès du ministre des finances depuis le début de l’année scolaire. Il a souligné que selon la loi, seules des écoles privées agréées ont l’obligation d’ouverture des comptes, pas les écoles publiques. Après l’obtention d’une dérogation, il a contacté et négocier la procédure avec les banques. C’est ainsi que le démarrage de l’opération pour chaque école a démarré après le congé de Noël.

 

Des avantages pour l’école et l’économie de la ville 

          Le premier responsable de l’EPSP a épinglé d’autres avantages liés à cette opération : initiation à la culture d’ouverture des comptes bancaires ; facilité de suivre la gestion des frais perçus ; bancarisation des masses monétaires évoluant dans l’informel et soutien à l’épargne et à l’économie. Timide pour l’instant, le ministre prédit que cette opération va connaître son envol avec cette rentrée des classes et la sensibilisation des chefs d’établissements, des parents et des enseignants sur ses avantages. Enfin, Maker Mwangu a rappelé l’obligation pour chaque école publique d’avoir trois signatures – du représentant des parents, du chef d’établissement et du représentant des enseignants – aussi  bien lors de l’ouverture du compte que du retrait des fonds. Cela pour une meilleure traçabilité des opérations bancaires.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*