EPSP : l es listes de fictifs font peur

0
29

 La dernière paie en date des enseignants de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel effectuée par voie bancaire pour le salaire du mois de juillet continue d’alimenter les conversations dans la capitale.  Il y a les  pro et anti de cette mesure. Visiblement, cette décision semble quelque peu  éclaircir la situation de ces fantômes qui conflent mensuellement  les listings dans l’administration publique.

 Ainsi, au-delà de tous les désagréments et de bousculades  dénoncés durant la première semaine, à cause d’une  impréparation manifeste  et d’un manque de coordination pour le début de  cette opération test à Kinshasa, la  volonté  du gouvernement Matata Ponyo pour maitriser les effectifs afin  d’expurger une fois pour toutes  des milliers d’agents fictifs payés indument par le trésor  public promet d’être un franc  succès. Et si cela se poursuivait, l‘opération permettra à l’Etat d’avoir une lumière suffisante  sur ces listings opaques.
  En effet, deux semaines après, selon les informations proches des banques commerciales  qui ont été choisies pour ce test grandeur-nature, avec pour ambition de  requinquer le circuit bancaire Rd congolais, certaines banquiers continuent à attendre des milliers d’ayant-droit qui ne se présentent toujours pas à leurs différents guichets pour toucher  leurs salaires. 
 Dans cette hypothèse, de  peur de voir les banques   garder par devers elles  pendant longtemps une masse d’argent de fonctionnaires de l’Etat, les différents  responsables devraient lancer encore une fois un communiqué pour rappeler aux bénéficiaires, surtout les enseignants débout,    pas encore informés,  de passer dans les différentes banques pour se faire payer.
   Si le  contraire arrivait à se confirmer, l’absence de milliers de bénéficiaires devra constituer un indice sérieux de détournement des deniers publics  que l’Etat paye depuis longtemps  à des personnes sans qualité ni identité  connues et de l’existence des réseaux maffieux dont les membres se sont  enrichis sans beaucoup d’efforts en ponctionnant impunément  le trésor public.


 Cette question est  d’autant capitale que, si on arrive à découvrir des fictifs dans la ville de Kinshasa où les enseignants se sont présentés physiquement pour toucher leurs salaires,  s’il est établi la présence de agents fictifs dans la capitale, quelle sera  alors la situation à l’intérieur du pays ?
 Malheureusement,  cela ne concerne pas seulement l’Epsp. C’est pareil dans tous les ministères où certains réseaux habitués à la magouille se sentent frustrés et regrettent de voir   toute l’architecture mise en place pour  voler  les deniers publics leur échapper et fondre comme neige au soleil.
 Par ailleurs, en attendant qu’un rapport exhaustif soit fait par les banques commerciales concernées, le gouvernement,  à travers ses services, devra faire de son mieux pour optimiser cette opération et  ne plus laisser des vautours se servir par un jeu de passe-passe, en toute impunité sur le trésor public. Cela  permettra sans doute à l’Etat d’opérer les augmentations salariales nécessaires afin de ne plus payer aux fonctionnaires congolais des salaires de misère.        

VAN

LEAVE A REPLY

*