EPSP: Des religieuses du Sacré-Coeur récupèrent le Complexe Bosangani

0
316

Une réunion de prise de contact a été organisée hier, au lycée Sacré-cœur, entre les religieuses de la Congrégation du Sacré-cœur et le personnel enseignant et administratif de deux écoles jumelles lycée Sacré-cœur et lycée Bosangani installées dans une même concession.

 

            A l’ordre du jour de cette rencontre, la rétrocession à cette congrégation de ces deux complexes scolaires par l’Archidiocèse de Kinshasa. Auparavant, une cérémonie de remise et remise a eu lieu avec les responsables de différentes sections opérant dans ce complexe, selon des sources ecclésiastiques. 

            La construction de ce complexe scolaire a démarré en 1928 et l’école a été dirigée par les Sœurs religieuses jusqu’à la zaïrianisation en novembre 1973. A la rétrocession en 1975, ces écoles ont été confiées à l’Archidiocèse de Kinshasa. Compte tenu du délabrement avancé du complexe, les Sœurs religieuses ont décidé sa récupération. Des pourparlers entamés il y a deux ans, ont finalement abouti cette année.

            Les Sœurs religieuses ont du pain sur la planche au regard du délabrement de ces deux écoles dont le pillage a commencé avec la zaïrianisation. Sur le plan de l’enseignement, les deux écoles Bosangani et Sacré- Cœur, selon une certaine opinion, ne font plus le poids face à d’autres écoles catholiques comme le lycée Bolingani à Kintambo, le lycée Kabambare dans la commune de Kinshasa, et le lycée Motema Mpiko dans la commune de Kasavubu.

            Il semble que les Sœurs religieuses ont pris les taureaux par les cornes, en fermant une école maternelle privée qui fonctionnait parallèlement à la section maternelle officielle de l’école.

            Selon certaines sources, lors de l’incendie  de deux établissements scolaires, après les combats entre les hommes de Joseph Kabila et ceux de Jean- Pierre Bemba en  2007, ceux qui ont réparé les installations ont fait plus des dégâts que les flammes de feu.

            Dans tous les cas, les Sœurs religieuses ont du pain sur la planche pour redorer le blason terni de ces écoles construites pour accueillir les enfants des colons belges séjournant en Rd Congo. Sophie Kanza a été l’une des premières élèves congolaises, avons-nous appris de nos sources.

Jean- René Bompolonga         

LEAVE A REPLY

*