Ensemble en meeting le 2 juin: Delly Sesanga en croisade à Tshangu

0
189

Après le district de Ngaliema, le secrétaire général de «Ensemble pour
le changement était à la conquête du district de la Tshangu, hier
dimanche 20 mai 2018. Ce, en vue de mobiliser la population de ce coin
de Kinshasa sur le grand meeting populaire de leur plate-forme
politique prévu ce 2 juin 2018 à la place Sainte Thérèse de N’Djili.
Au cours de cette mâtinée politique organisée au quartier Pétro-Congo
à Masina par la section Tshangu  du parti Envol, Delly Sesanga est
resté constant. Dans son speech, il a invité la population de Tshangu
à venir massivement prendre connaissance du programme de son ticket
gagnant à la présidentielle du 23 décembre 2018, Moïse Kayumba.

Ce programme vise à  mobiliser 100 milliards de dollars pour relancer
la République Démocratique du Congo avec la création de plus de 3
millions 5 cent mille emplois. Par ailleurs, le secrétaire général de
«Ensemble» a justifié la tenue du premier meeting à Tshangu pour la
simple raison que ce district constitue le poumon électoral  de
Kinshasa. Il sera question de communier avec la population sur toutes
les questions et enjeux de l’heure.
Delly Sesanga a balayé d’un revers de la main, toutes les accusations
des caciques de la majorité contre Moïse Katumbi. Il a déploré le fait
que la famille politique du président Kabila, qui n’a ni candidat ni
programme, passe son temps à vilipender le chairman de «Ensemble»,
Moïse Katumbi, qui a prouvé ses capacités dans la gestion de la chose
publique. Allusion faite à la grande province du Katanga ainsi qu’à
ses interventions promptes sur certaines calamités qui ont touché la
république.Le président de «Envol» a appelé la population à la
vigilance pour barrer la route au coup d’Etat Constitutionnel que
prépare la majorité pour permettre, faute de dauphin, à leur autorité
morale de rempiler avec la complicité de la Cour constitutionnelle.
L’élu de Luiza, n’a pas manqué de faire état de la détérioration de la
situation sociale de la population congolaise, et celle de Tshangu en
particulier.
L’alternance aux élections du 23 décembre reste le seul remède pour
sortir le Congo de sa descente aux enfers après 17 ans d’une gestion
calamiteuse, a-t-il indiqué.

Éric Wemba.