Enseignement  technique et professionnel : pour l’interconnexion entre les écoles professionnelles et le marché du travail

0
185

Un nouveau modèle  de gestion des écoles techniques et  des  curicula de formation pour les filières d’électricité, bâtiment et construction métallique élaborés par des experts congolais et coréens  ont été remis hier lundi 2 mars 2015 au ministre de l’Enseignement  Technique et Professionnel,  Jean Nengbangba qui avait à ses côtés l’ambassadeur de Corée du Sud et le représentant de l’Unesco en RDC. Cette cérémonie a eu lieu au Cercle de Kinshasa. L’élaboration de ces curicula entre dans le cadre du projet Bear (Une meilleure éducation pour le développement de l’Afrique) – Unesco/ RDC. Ils ont été financés à hauteur de 2 millions des dollars par le gouvernement de Corée du Sud.
Prenant le premier la parole, le représentant de l’Unesco en RDC a laissé entendre que Bear (Better Education for Africa Rice)  est un projet d’appui à la formation professionnelle.  Ce projet, a souligné Abdourahmane Diallo, vise à améliorer la qualité et la pertinence des apprentissages et la mise en œuvre d’un modèle innové de gestion des écoles  professionnelles.
Un expert coréen a dans un premier temps analysé le marché du travail à Kinshasa afin d’adapter l’offre de formation  aux tendances de l’économie et à la demande en compétences des entreprises en bâtiments et travaux publics. Une équipe multisectorielle d’experts congolais a été mise en place pour concevoir les référentiels des métiers et compétences, a précisé Abdourahmane Diallo.
Guidée par les coréens du groupe Krivet, les experts congolais ont élaboré des matrices permettant de déduire les différents savoirs et identifier les matières de curicula. Ces curicula sont précieux pour les enseignants et leur  apportent des objectifs d’apprentissage  et la méthodologie appropriée pour inférer des connaissances pointues dans chaque métier.
Il s’agit de la connaissance et l’insertion des écoles dans leur environnement économique et social, la rationalisation de leur fonctionnement  et l’amélioration de leur redevabilité  vis-à-vis du ministère de tutelle, la diversification de leurs sources  de financement par le développement d’activités génératrices des revenus…… Ces outils pédagogiques et organisationnels occasionneront la formation d’ouvriers qualifiés  dont les compétences seront en adéquation  avec les besoins du marché.
Le modérateur de ladite cérémonie a expliqué à l’assistance que les réflexions entre experts congolais et coréens  ont duré deux ans et débouché sur la rédaction de 8 manuels, quatre par filière et encore en manuscrits. Ils  ont « visité »  Chanimetal, Onatra..  pour élaborer des curicula en phase avec les besoins du marché, a-t-il indiqué.
L’ambassadeur de Corée du Sud a relevé que l’éducation   contribue au développement des pays. Il a recommandé au gouvernement congolais de faire bon usage des outils a affirmé que son pays est toujours disposé d’apporter son appui aux initiatives similaires.
Jean Nengbangba a fait savoir que les curicula sont des outils d’une grande importance, dans la mesure où ils vont aider les enseignants à mieux transmettre les connaissances aux apprenants.
Il a salué l’initiative de l’Unesco  qui fait en sorte que l’offre du travail soit en phase avec les besoins du marché et invité les gestionnaires d’écoles techniques de s’approprier ces curicula.
S’adressant aux journalistes, il a fait savoir que dans notre pays, il y a des compatriotes qui se proclament électriciens en automobile et en bâtiments mais qui sont en réalité des bricoleurs. L’initiative de l’Unesco est donc louable car à la longue si on a des apprenants bien formés, on peut les utiliser  pour la construction des logements sociaux.
Jean- Pierre Nkutu