Enseignement technique et formation Professionnelle : un atelier pour valider les référentiels des métiers

0
86

Les directeurs des provinces éducationnelles et les inspecteurs principaux provinciaux, venus de tous les coins de la République, sont réunis au Lycée Dr Shaumba, dans le cadre d’un atelier axé sur deux préoccupations majeures, à la veille de la rentrée scolaire prochaine. Il s’agit de la validation des outils de mise en œuvre des programmes scolaires et de la réflexion sur le cadre national de certification de l’enseignement technique et de la formation professionnelle en RDC.

Organisé par le ministère de l’EPSP, avec l’appui de l’Agence belge de développement à travers le Projet AETFP – CTB et d’autres partenaires extérieurs, cet atelier a débuté lundi. C’est le ministre de l’EPSP, Maker Mwangu Famba, qui a ouvert les travaux qui se poursuivront jusqu’au 9 septembre.

Rappelant la réception, le 14 décembre 2010, par son ministère, de dix programmes scolaires référentialisés en approche pédagogique par compétences, qui se sont ajoutés aux six programmes antérieurs de la section agriculture, le ministre de l’EPSP a félicité les équipes qui ont travaillé sur terrain, en se conformant aux orientations de la stratégie de reconstruction et de développement de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel.

Maker Mwangu s’est réjoui des résultats de la collaboration fructueuse entre ses services et la Coopération technique belge, ainsi qu’avec des experts du Projet d’appui à l’enseignement technique et la formation professionnelle, de la direction des programmes scolaires et matériel didactique, de la direction des réformes et innovations éducatives, ainsi que de l’inspection générale de l’EPSP.

Prenant la parole par la suite, le président a.i. de la structure mixte de concertation locale du Projet d’appui à l’enseignement technique et à la formation professionnelle / CTB, a indiqué que la réforme en cours dans le sous-secteur de l’ETFP commence à porter des fruits. Preuve que le gouvernement s’inscrit dans une démarche de valorisation de ce domaine d’enseignement et de formation avec comme objectif, la production à court et moyen termes, des professionnels des métiers de grande qualité capables de participer à la reconstruction et à la modernisation de notre pays.

Michel Sangaso, responsable de la direction de l’enseignement technique et professionnel, a  souligné le fait que sur le plan structurel et technique,  l’amélioration de la qualité des apprentissages constitue le seul leitmotiv d’une démarche systémique qui place l’adéquation formation – emploi au cœur de tout processus en cours. Cette démarche comprend notamment la revisitation de différents référentiels des métiers selon l’approche par compétences.
Le président de la structure mixte de concertation locale du Projet AETFP – CTB a donné l’évolution de la réforme à ce niveau, signalant que seize nouveaux curricula de formation référentialisés en approche par compétences sont déjà en chantier  dans le sous-secteur de l’ETFP en RDC. Il s’agit de dix nouveaux programmes de formation et d’évaluation en ETFP et six programmes de formation agricole réceptionnés par les autorités en 2010, et ayant bénéficié de l’appui technique de nos partenaires.

Ces programmes, a-t-il précisé, concernent l’électronique, électricité, menuiserie, plomberie, coupe et couture, maçonnerie, secrétariat – administration, mécanique automobile, froid et climatisation, esthétique et coiffure, les métiers agricoles, tels que agriculture générale, vétérinaire, foresterie, nutrition, pêche et navigation et les industries agricoles.
Michel Sangaso a annoncé enfin, la mise en test de ces référentiels qui sera effective dans les écoles expérimentales dès la prochaine rentrée scolaire.
Dernier à prendre la parole, l’inspecteur général de l’EPSP a fait valoir que le plan stratégique de l’ETFP adopté en janvier 2010, allait permettre à notre pays de relever des défis dans le cadre de son programme de reconstruction.

L’atelier de validation des outils de mise en œuvre des programmes référentialisés s’inscrit dans le processus de transformation tant quantitative que qualitative de l’ETFP, ainsi que la redynamisation de ce sous-secteur. C’est ainsi qu’il a souligné la nécessité d’élaborer des outils et autres documents pédagogiques pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement technique dans notre pays. Il a exhorté pour sa part, les directeurs des provinces éducationnelles et les inspecteurs principaux provinciaux à l’appropriation de toutes ces réformes, de manière à établir des passerelles entre le secteur formel et informel de l’ETFP.

J.R.T.  

LEAVE A REPLY

*