Enrôlement des électeurs : la Symocel dresse un bilan mitigé

0
76

La Synergie des missions d’observation citoyenne des élections « Symocel »   a publié le lundi 18 décembre 2017 à l’hôtel Memling le rapport final sur les opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs initiées par la CENI depuis l’année passée.  Pour mener à
bien cette tâche, elle a bénéficié des appuis techniques et financiers du Prosec (Projet de renforcement de l’observation citoyenne des élections au Congo) et de l’Union Européenne.

Elodie Ntamuzinda, membre de l’Assemblée Plénière, était également là. Ce rapport  a été lu par Me Sylvain Lumu, membre de la coordination de Symocel qui  s’est appesanti sur les problèmes politiques et autres qui se sont déroulés au pays ces derniers temps et la manière dont leur plate forme a structuré son plan de travail.
. D’une manière générale, lit-on, les 334 observateurs électoraux qui ont  sillonné les 5 aires opérationnelles comprenant de surcroit 17784 centres d’inscription, se déclarent globalement satisfaits du travail abattu par la CENI. Toutefois, a fait remarquer Lumu, plusieurs défaillances et une certaine négligence ont été enregistrées ça et là.
Comme fausses notes, il  a épinglé l’inaccessibilité de certains
centres d’enrôlement en raison de la configuration géographique des
terrains, de l’exiguité de certaines salles, de la démotivation des
agents commis aux opérations d’enrôlement pour arriérés de leurs
rémunérations, du vol des kits, du peu d’empressement des agents de la
CENI à exiger des documents requis pour délivrer des nouvelles cartes
d’électeurs aux demandeurs, de la mauvaise foi de nombreux élèves à se
faire enrôler plusieurs fois……. mais aussi de l’éloignement de
certains centres  ou des sites d’enrôlement placés dans des villages
dépeuplés, des pannes des générateurs, de la rupture des stocks de
consommables, d’actes d’intimidation exercés à l’endroit des
observateurs électoraux pour les empêcher de faire leur travail et
bien d’autres couacs.
Comme recommandations formulées par la Symocel, Lumu a demandé à la
CENi de garantir une sécurisation électronique des données
d’enrôlement des électeurs et de tirer des leçons du travail réalisé.
Le gouvernement est appelé à garantir des décaissements des fonds liés
aux élections. Les acteurs sociaux sont appelés à mutualiser leurs
efforts pour mieux assurer l’éducation électorale et de développer des
mécanismes d’interaction avec les acteurs institutionnels pour
contribuer à l’amélioration de l’opération d’enrôlement des électeurs.
Bien avant cela, Rose Mutombo, présidente de la CAFCO, a énuméré les
ongs membres de la Symocel, la sienne faisant également partie et bien
d’autres choses
Le délégué du Procec, Baruti Munda a fait ressortir les obstacles qu’a
connus le processus électoral  et dit plus  loin  que lui et ses pairs
ont la mission d’évaluer les conditions techniques, matérielles et
logistiques dans lesquelles l’opération d’enrôlement se fait.
Elodie Ntamuzinda a félicité la Symocel pour le travail abattu et
l’honnêteté dont elle a fait preuve et promis que la CENI allait
s’améliorer.
Jean-Pierre Nkutu