Enfants de la rue : causes «historiques»

0
89

 Il se tient depuis hier lundi 25 avril 2011  à la Délégation de la Wallonie Bruxelles, un atelier international  sur l’enrichissement des  curicula de formation des assistants sociaux en RDC.  Pendant quatre jours, les hôtes du CASTR, un organe spécialisé en matière de travail social, vont se pencher sur le phénomène « Enfant de la rue » et étudier des stratégies pour réduire ce fléau chez nous.
Des délégués de l’Unicef, de Caritas, de la Wallonie Bruxelles, du CASTR, du Cafes, du ministère des Affaires Sociales, des professeurs de l’université… prennent part à cet atelier.. José Mboyo et Cécile Matiaba ont représenté le ministère des Affaires Sociales à cet atelier.

Dans son mot de bienvenue, le représentant du CASTR a souhaité la bienvenue aux participants et leur a demandé de bannir l’esprit du ring où il y aurait un camp qui ferait prévaloir ses thèses mais de privilégier la convivialité tout au long des travaux. En somme, nous sommes appelés à regarder dans la même direction. Et cela pour le bien être de potentiels bénéficiaires de cet atelier.

Le délégué de l’Unicef a abondé dans le même sens. Il  a insisté aussi  sur la nécessité de consolider le partenariat de toutes les organisations intéressées au problème des enfants de la rue.
Après ces mots de circonstance, le prof Makuala de l’Unikin a fait un exposé où il a tenté d’expliquer comment on est arrivé au phénomène « enfant de la rue «  en RDC.

 

Utilisant en cela l’approche historique, il a relevé que le phénomène « enfant de la rue » remonte au loin. Il a parlé d’abord de la période de 1960 à 1965 avec comme fait majeur la gué-guerre Kasa- Vubu – Lumumba amenant la fracture entre l’Ouest et d’autres parties du pays. Tout au début de la seconde République, la situation sociale  était relativement tolérable.. Les choses ont commencé à se dégrader après les mesures de zairianisation.  Les nouveaux acquéreurs ont eu du mal à tenir le coup. Des patrons d’entreprises avaient mis la clé sous le paillasson. Et de nombreux parents jetés dans la rue ne pouvaient pas logiquement encadrer leurs parents. Suivirent ensuite les pillages de triste mémoire, les guerres de libération, la période afdélienne… La situation s’est  aggravée.

Limites du travail social en RDC
Pour le prof Makuala, plusieurs contraintes empêchent ceux qui s’adonnent au travail social de réaliser de bons résultats :
– la part minime du budget réservé au ministère des Affaires Sociales
– la carence des travailleurs sociaux qualifiés
– la dépendance excessive des encadreurs à l’endroit des expatriés
– l’inefficacité des méthodes d’encadrement des enfants de la rue….
Et comme remèdes, il a parlé du renforcement des capacités des travailleurs sociaux, de la présence  effective des lois relatives à la protection des travailleurs sociaux, de la création des établissements pour l’encadrement des déshérités….

   Bruce Mangitukulu (stagiaire de l’Unikin)  et Jean-Pierre Nkutu    

LEAVE A REPLY

*