Energie et climat : les Congolaises s’impliquent

0
24

Les questions de l’énergie et du climat commencent à intéresser particulièrement les Congolaises, principales utilisatrices des énergies renouvelables et non renouvelables dans les ménages et l’agriculture. Dans le souci d’une plus grande prise en compte du phénomène du changement climatique, la Synergie des Femmes Solidaires (Feso) organise un atelier national axé sur le thème : «Consultation des femmes sur les énergies renouvelables et justice climatique pour l’Ouest de la République Démocratique du Congo » du 05 au 07 décembre 2017 à Matadi. La cérémonie d’ouverture a eu lieu dans la salle
polyvalente de l’hôtel Bilolo, au quartier Kinkanda.

C’était en présence d’Annie Wumba, représentante de la divisionnaire
Didienne Bonga, empêchée. Organisées en collaboration avec International Rivers et Womin, ces assises de 72 heures ont pour objectifs de construire une campagne
de promotion de la justice énergétique et climatique dans les environs du barrage d’Inga, dans la partie occidentale de la RDC, et approfondir les connaissances et les analyses sur cet ouvrage, les intérêts des pouvoirs sous-jacents, les acteurs en jeu, etc.

Dans son mot d’ouverture, la directrice exécutive du Feso, Blandine
Bonianga, a justifié la tenue de cet atelier par le fait que la RDC
regorge des potentialités énergétiques inestimables, qui constituent
le poumon du monde. La femme joue un rôle essentiel dans le progrès
économique africain et contribue à plus ou moins 70 % dans l’économie
nationale. Elle est la première victime des effets néfastes du
changement climatique.
De son côté,  la vice-présidente de Feso, Mireille Zahabu, a martelé
qu’au cours de ces travaux, les participantes venues de différents
coins de la RDC, devaient renforcer leurs connaissances sur les
sources d’énergie, les coûts de l’énergie et présenter brièvement des
cas de nouvelles technologies adaptées aux communautés.

Problématique
Les femmes appartiennent à la catégorie des personnes les plus
touchées par les déplacements des populations lors de la construction
du barrage d’Inga 1 et 2. Elles sont une fois de plus susceptibles
d’être très affectées par Inga III.
C’est pourquoi les participantes devraient identifier les problèmes
qui affectent leurs consoeurs et les classifier par ordre de priorité.
Il sied de noter que plus de 35 femmes venues des organisations
féminines telles que FESO, CORAP, FCE, FFGRN, SOFLECOADEV, AFEKIDEV,
CONGO INNOVATION, MSN, CECDC, MERU, WOMIN et International Rivers vont
réfléchir sur la possibilité d’élaboration une feuille de route dans
la construction d’une grande campagne à piloter par des femmes autour
d’Inga, ainsi que des questions énergétiques et climatiques.
« Nous aurons aussi à discuter et développer une compréhension
commune du concept et de la raison d’être des campagnes vis-à-vis du
contexte national et des opportunités clairement identifiées sur les
défis et préoccupations à aborder lors de la construction de la
campagne au niveau national et régional. Cet atelier vise à fournir
une plateforme pour le leadership féminin dans les communautés
affectées, les organisations locales et les ONG nationales pour
convenir des paramètres d’une campagne et d’une feuille de route pour
construire ce travail au cours de l’année », a indiqué la
vice-présidente du FESO.

Dorcas NSOMUE, envoyée spéciales à Matadi