En visite privée au Bas-Congo : Olive Lembe promet de construire des écoles techniques professionnelles

1
370

olive lembaC’est le mercredi 04 septembre 2013 que la Première Dame a eu à s’adresser à ses frères et sœurs du Bas-Congo. La Place de la Commune de Kalamu à Boma était envahie dès 10 heures du matin et c’est à 14 heures que Mme Olive KABILA a fait son entrée, sous les applaudissements nourris de l’assistance composée de ménagères, écoliers, étudiants et autres badauds, des groupes folkloriques, des militants des partis politiques de la majorité présidentielle, dont particulièrement le PPRD, le PALU et l’AFDC, au rythme de la fanfare kimbanguiste. « Je ne viens pas comme première dame mais comme votre fille, votre sœur, votre petite-fille.

Je viens échanger avec vous sur des questions qui concernent notre famille, la province du Bas-Congo», a prévenu Mme Olive Lembe Di Sita KABILA. Accompagnée du Gouverneur Jacques MBADU et son épouse ainsi que de principales autorités de la province, la première dame a tout d’abord remercié les populations du Bas-Congo pour cet accueil chaleureux et spontané avant de leur adresser les salutations du Président de la République et de ses deux enfants. «Le président Joseph KABILA, votre beau-fils, votre beau-frère m’a dit de vous transmettre ses encouragements et ses félicitations pour tous les sacrifices que vous endurez pour la reconstruction de la province. Il vous porte dans son cœur. «Un accueil chaleureux tant lors de son arrivée que de son retour. Les pancartes et calicots déployés tout au long du parcours entre Kasangulu et Boma étaient significatifs : « Qui trouve une femme, trouve le bonheur. Le Chef de l’Etat Joseph KABILA est un homme heureux grâce à vous, Maman Olive », « Vous êtes chez vous, bienvenue, Mme Olive ».

Laver le linge sale en famille   

 

            «Je suis votre fille, votre sœur et votre petite-fille, je sais que vous m’aimez profondément comme je vous aime aussi, mais pourquoi vous n’aimez pas mon mari alors que vous avez accepté et reçu la dot, s’est écrié Mme Olive KABILA. Tel est le discours que la première dame a prononcé tout au long du parcours, notamment à Boma, à Kinzau Mvuete, Kimpese, Mbanza-Ngungu et Kisantu tout comme lors du dîner lui offert le mercredi soir par le Gouverneur Jacques MBADU en sa résidence officielle. Si lors de mon arrivée dans cette province, je ne me suis pas arrêtée malgré la grande mobilisation spontanée de mes frères et sœurs tout au long du parcours entre Kasangulu et Boma, c’est parce que j’avais des doutes, a-t-elle fait savoir. En guise de réponse, les notabilités de la province, toutes tendances politiques confondues, ont présenté les excuses des Ne Kongo. « Vous êtes notre fille, notre petite-fille, notre sœur, nous reconnaissons nos erreurs suite aux manipulations de certains acteurs politiques en mal de positionnement. Depuis que nous les avions votés, ils ne sont plus revenus. Pour ces erreurs commises en 2006 et 2011, nous vous prions de présenter nos excuses à votre mari, notre beau-fils, notre beau-frère, notre chef de l’Etat ».

Projets à caractère social

            A l’escale de Kimpese sur le chemin du retour, Olive Lembe s’est arrêtée à l’hôpital général de référence pour bavarder avec les personnes handicapées qui lui ont appris qu’une jeune femme ayant accouché des jumeaux était bloquée par manque des moyens pour payer les frais de maternité. Elle a immédiatement payé de sa poche toutes les factures et elle a pris dans sa jeep la pauvre jeune femme et ses deux jumeaux pour les ramener jusqu’à Kinshasa, en promettant de lui trouver un logement et du travail pour s’occuper de ses enfants.

            Approchée par les médias au niveau de la localité frontalière entre le Bas-Congo et Kinshasa, la première dame a promis de s’investir personnellement dans la construction des écoles techniques professionnelles à travers les trois districts. Ce, en faveur de la jeunesse car, a-t-elle indiqué, le pays a besoin des techniciens bien formés pour sa reconstruction et son développement.

Les ports de Matadi et Boma à l’arrêt

            Cette visite privée de la première dame a révélé une situation catastrophique. Il s’agit de celles des deux ports, Boma et Matadi, qui sont pratiquement à l’arrêt. Les activités sont presque au ralenti et l’on se croirait en face d’une grève ou d’une ville morte. Selon l’un des membres influents de la Fédération des Entreprises du Congo, cette situation est consécutive à la mesure controversée d’interdiction d’importer des véhicules de plus de dix ans. Cette décision aurait été bénéfique si le gouvernement central l’avait accompagnée des mesures d’encadrement, notamment un appel aux entreprises de montage des véhicules à Kinshasa et à Lubumbashi et pourquoi pas à Kisangani pour répondre aux besoins du pays et des Etats voisins. «Il y a vingt ans, a-t-il rappelé, le Congo a tout de même disposé  des usines de montage de VW, Renault, Peugeot, Chevrolet».  Il a ensuite fait savoir que la FEC/Bas-Congo a averti les autorités centrales que la province ne sera pas capable de générer des recettes de plus de douze milliards des Francs congolais comme cela lui avait été assigné. La province pourra peut-être atteindre difficilement cinq milliards. «Au Sénégal, a-t-il rappelé, le gouvernement avait pris la même mesure mais l’avait accompagnée par la suppression des taxes pour les véhicules neufs, afin de permettre aux gagne–petit  de payer même à crédit des véhicules de tourisme et même de transport en commun».

            Ce responsable a vanté certaines réalisations, notamment le démarrage de la réfection de la route entre Boma et Matadi sur fonds propres de la province, en attendant l’asphaltage, l’amélioration de la desserte en eau et électricité dans les grandes localités et villes, la lutte contre le banditisme, etc.

F.M. (Envoyé Spécial à Boma et Matadi)     

1 COMMENT

  1. N’importe quoi ! Avec quel fonds? Où a t elle travaillé pour avoir l’argent? Où a t on vu une première dame tenir un rassemblement public? dans quel pays vivons nous? Elle veut succédé à son mari en 2016?
    Vous commencez à faire sa propagande dès maintenant avant l’ouverture officielle de la campagne électorale? La presse donne à la vérité comme au mensonge une dimension qu’elle est la seule à détenir le pouvoir.

LEAVE A REPLY

*