En visite officielle aux Pays Bas : Matata présente les atouts majeurs de la RDC

0
41

matataLe discours du Premier ministre prononcé hier à Noordwijk aux Pays Bas a insisté sur une photographie de ce Congo qui se réveille et se relève grâce à la détermination du Gouvernement, conformément à la vision du Chef de l’Etat en vue d’atteindre l’émergence du pays dans les deux prochaines décennies. Matata Ponyo a lancé un appel pathétique à ses hôtes en leur disant que « c’est maintenant qu’il faut prendre le meilleur risque d’investir en République Démocratique du Congo et d’amplifier vos affaires. L’avenir d’un Congo émergent dépendra également de vos investissements ».
Le Premier ministre a d’abord vanté les principaux engagements des Pays-Bas qui ne cessent de défendre la cause de la RDC sur le plan du retour de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la sous-région des Grands lacs. Par son accompagnement dans la mise en œuvre des réformes urgentes à travers son soutien à la stratégie de stabilisation à l’Est.
Sur le plan économique, les Pays-Bas ont mis en place des programmes d’appui au développement des infrastructures, aux projets innovants à travers la création d’un joint-venture des PME en donnant des conseils pratiques et importants pour renforcer la position concurrentielle des exportations. En vue de vendre leurs produits sur le marché européen.

La RDC : l’un des géants aux multiples opportunités

Parlant de son pays, le Premier ministre a étalé les efforts des réformes visant à stabiliser le cadre macro-économique, à promouvoir la gouvernance, à lutter contre la corruption, à améliorer le climat des affaires. Ces efforts ont été salués par les institutions du système de Bretton Woods et de la BAD ainsi que les agences internationales de notation tels que  Standard and Poor’s et Moody’s.
C’est grâce à ces efforts que la croissance économique est en pleine progression. Elle est passée à un taux de 7,4% entre 2010 et 2013. Elle est soutenue par les activités du secteur minier, des télécommunications, du commerce de gros et de l’agriculture. En 2013, a indiqué M. Matata Ponyo, l’inflation s’est limitée au taux de l’’ordre de 1,074 contre 2,72 en 2012. Le taux de change est demeuré stable sur toute l’étendue du territoire national depuis 2010.
Toujours grâce aux efforts aujourd’hui vantés par les institutions de Breton Woods, le gouvernement a mis en œuvre une série des réformes vigoureuses visant à dédollariser l’économie, à améliorer le climat des affaires, à développer les marchés financiers et la gestion des finances publiques. Il est ainsi de la bancarisation des salaires des fonctionnaires de l’Etat, des policiers et militaires sur toute l’étendue du territoire national. Au regard des résultats concernant la gouvernance et la transparence dans la gestion des ressources naturelles, lors de sa session tenue à Mexico, le Conseil d’Administration de l’ITIE a déclaré la RDC « pays conforme ».

Atouts majeurs de la RDC

Le Congo, mon pays, a souligné le Premier ministre, est reconnu à travers la planète Terre dotée des potentialités économiques importantes. Il y a d’abord son sous-sol très riche en minerais tout aussi variés que riches comme l’or, le diamant, le coltan, le manganèse, le cuivre, l’uranium, le zinc, le gaz, l’étain, l’argent, le plomb. Son potentiel agricole présente 80 millions d’hectares de terres arables, 4 milliards des terres irrigables, des pâturages pouvant supporter 40 millions de têtes de bétails, 120 millions d’hectares des forêts tropicales et des richesses halieutiques estimées à 700.000 tonnes des poissons.
Quant au climat des affaires, du parcours de combattant jadis avec 155 jours au maximum pour créer une société commerciale au moyen des 13 formalités administratives à effectuer auprès des ministères compétents en déboursant la somme de 3.500 dollars Us, actuellement il a été créé en avril 2013 un guichet unique pour la création des entreprises en dépensant seulement la somme de 120 dollars Us pour les sociétés et 40 dollars Us pour les établissements individuels.
Pour renforcer les dispositifs sécuritaires, la RDC a adhéré à l’OHADA et a créé des tribunaux de commerce dans les principales villes du pays. La loi portant ratification de la Convention de New York de 1958 sur les sentences arbitrales a été promulguée par le chef de l’Etat en 2013 pour favoriser la sécurité juridique des transactions financières et commerciales.
Sur le plan du commerce extérieur, les démarches pour les exportations durent 13 au lieu de 44 jours jadis et 25 jours au lieu de 66 jours pour l’importation grâce au logiciel Sydonia Word. Ce qui a permis de résoudre la situation des procédures de douane. Quant au paiement des impôts et des taxes, l’on a introduit le système de la TVA de l’ordre de 16 % et le taux d’imposition sur les bénéfices est passé de 40 à 33 %.
Concernant la libéralisation de l’énergie électrique qui a été promulguée en 2014, le gouvernement gère des grands projets dont notamment la construction d’INGA III dont la capacité attendue sera de l’ordre de 4.500 Mégawatts pour un financement d’un milliard Us. La construction du barrage Grand Inga produira 39.000 Mégawatts avec un coût évalué à 60 milliards Us. Il est prévu la reconstruction de nombreux barrages hydroélectriques et des lignes de transport du courant vers les centres de consommation.
Le secteur es assurances va connaitre un grand boom avec la loi sur la libéralisation. Pour les infrastructures de base, le gouvernement a prévu un vaste programme concernant les divers secteurs dont ceux du transport multimodal sur les fleuves, mers, routes, chemins de fer. Quant à l’agriculture, il faudra tenir compte de l’évolution tant démographique que technologique. D’où un appel vers les projets de partenariat public-privé qui pourront être conclus afin de relancer une agriculture moderne, la réhabilitation du chemin de fer et des infrastructures aéroportuaires.
F.M.

LEAVE A REPLY

*