En marge de la fête nationale américaine : Washington exige le respect de la Constitution et du nombre des mandats

0
44

Ceni_1 (1)L’Ambassade des Etats-Unis a célébré hier jeudi 03 juillet 2014, la fête nationale de ce pays, qui était marquée à Kinshasa par une grande réception offerte par l’ambassadeur américain James Swan en sa résidence de Gombe. Diplomates, acteurs politiques, opérateurs économiques nationaux et internationaux, journalistes, personnalités scientifiques, ont répondu présents à l’invitation de l’ambassadeur James Swan.

Ladite cérémonie a également été marquée par la présence de l’épouse du  vice-président des Etats-Unis, Dr. Jill Biden, arrivée quelques heures avant la manifestation le même jour à Kinshasa, afin  de commémorer ensemble avec l’assistance le 238ème anniversaire de la déclaration d’indépendance des USA.

Dans son speech, James  Swann a tout d’abord salué les avancées  qui ont été accomplies l’année dernière  par les FARDC avec l’appui de la Monusco dans l’Est de la RDC, en ce qui concerne la paix et la sécurité. Il a affirmé qu’il est temps d’utiliser cette même approche pour mettre fin aux FDLR par un désarmement volontaire.

S’agissant des élections qui se pointent à l’horizon, l’ambassadeur des USA a exigé que la Constitution soit respectée ainsi que le nombre des mandats. Car, la promulgation d’un calendrier électoral complet pour les élections locales, provinciales et nationales jusqu’au niveau présidentiel, gagnera davantage la confiance de la population congolaise à ce processus électoral.

 Il a aussi profité de cette occasion pour lancer un message fort à tous ceux qui pensent qu’une « ancienne démocratie » comme celle des USA ne peut pas apprécier les défis et les risques auxquels font face celles ayant eu l’indépendance plus récemment.  A ce sujet, il a rappelé que les Etats-Unis ont aussi connu les mêmes situations, faisant face à de multiples difficultés mais ne s’en sont sortis que grâce au caractère bien trempé de leurs leaders, qui ont fait fi des intérêts personnels et partisans et qui ont fondé des institutions et traditions conçues pour survivre aux mandats de tout gouvernement. Si donc l’Amérique a émergé, c’est parce qu’elle a su compter sur les leaders qui ont fait des choix qui transcendaient leurs personnes et qui ont trouvé leur place immortelle dans leur histoire.  

Jill BILL fait de la promotion de la femme son cheval de bataille

L’épouse du vice-président des Etats-Unis  a pour sa part indiqué que la raison de sa présence en RDC est de promouvoir l’éducation des filles et des femmes dans tous les coins du pays, peu importe leurs catégories ou rangs sociaux, à réfléchir sur les différents mécanismes pouvant mettre fin aux viols ainsi qu’aux crimes dont elles sont victimes. Elle pense que si toutes les femmes arrivaient à donner le meilleur d’elles-mêmes avec tous les talents qu’elles possèdent et leurs capacités, l’avenir collectif est garanti.                            Perside DIAWAKU 

Excellences Messieurs les Ministres, distingués visiteurs et invités, mesdames et messieurs, bienvenue à notre célébration du 238ème anniversaire de la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis d’Amérique. Nous rendons hommage au dévouement et au courage de ceux qui ont fondé notre pays et nous célébrons la tradition de liberté et d’égalité qui sont des valeurs clé des Etats-Unis d’Amérique.

Ce soir, nous célébrons aussi le partenariat dynamique qui lie les Etats-Unis à la République démocratique du Congo. Un partenariat qui a graduellement grandi et mûri depuis l’Indépendance du Congo en 1960. Je saisis cette opportunité pour féliciter le peuple congolais pour le 54ème anniversaire de leur indépendance qu’ils ont célébrée lundi dernier.

Les domaines-clés du partenariat ainsi que les intérêts communs entre les Etats-Unis et la RDC sont bien connus. En ce qui concerne la paix et la sécurité, nous saluons les avancées impressionnantes qui ont été faites au cours de l’année dernière par les Forces Armées Congolaise avec l’appui de la MONUSCO dans l’est de la RDC.  La défaite du M23 et le progrès contre les Forces Alliés Démocratique, ainsi que d’autres groupes armés montrent un espoir de stabilité dans toute la région des Grands Lacs. Nous pensons qu’il est temps de tirer parti de ces progrès et d’utiliser la même approche pour mettre fin aux Forces Démocratiques de Libération du Rwanda, FDLR en sigle, par un désarmement volontaire rapide si possible et des actions décisive des forces armées.

Quant à la démocratie et la gouvernance, nous recommandons une collaboration continue entre la Commission Electoral Indépendante, le Gouvernement et les parties politiques afin de développer un plan du processus électoral. Nous demandons à ce que la Constitution soit respectée ainsi que les prévisions sur le calendrier des élections présidentielles et les mandats limités. Nous pensons que la confiance de la population dans le processus électoral va augmenter en émettant un calendrier électoral complet pour les élections locales, provinciales et nationales jusqu’au niveau Présidentiel.

            En ce qui concerne le programme de développement et de croissance économique, nous saluons les efforts du gouvernement Congolais à s’assurer de la stabilité macroéconomique et embrassons leur engagement à d’autres réformes qui encouragera la croissance du secteur privé. L’investissement américain dans le secteur privé au Congo est complété par notre vaste assistance bilatérale.  Cet appui des Etats – Unis d’Amérique aide à l’expansion du potentiel économique et humain de la RDC, en fournissant une aide cruciale dans les secteurs de la santé, de l’éducation,  de la sécurité, et de la réponse humanitaire entre autres.

            Nous savons qu’il reste beaucoup d’effort à fournir pour atteindre un progrès en matière de paix et de sécurité, des réformes démocratiques et de croissance économique et le développement. Des fois nous entendons qu’une «  ancienne démocratie » comme celle des Etats – Unis d’Amérique ne peut pas apprécier les défis et risques auxquels font face celles ayant eu leur indépendance plus récemment.

            Cependant ce soir est un moment pour se rappeler que les Etats – Unis d’Amérique était aussi une démocratie jeune et fragile, faisant face à des difficultés dans des débuts après une guerre révolutionnaire, souffrant d’un système gouvernemental dysfonctionnelle déclenché par la guerre civile et la rébellion et faisant face à un désordre économique. Emerger de ces moment difficiles exigeait un courage particulier de leaders au caractère bien trempé, tels que George Washington, qui ont regardé au-delà des intérêts personnels et partisans et qui ont fondé des institutions et des traditions conçues pour survivre au mandat de tout gouvernement. Dans un esprit de servir leur pays, ils ont fait des choix qui transcendaient leurs personnes, définissant en cela le sens du vrai leadership civique, et ils ont pris leur place immortelle dans l’histoire.

            En conclusion, en exemple du partenariat soudé entre les Etats – Unis et la RDC, je suis honoré que ce soir nous avons avec nous la deuxième Dame des Etats-Unis d’Amérique, Dr. Jill Biden, qui est l’épouse du Vice-Président des Etats – Unis, Joe Biden, et qui est une éducatrice distinguée. Sa visite en RDC est focalisé sur la promotion des filles et des femmes à travers l’éducation, l’entreprenariat et l’engagement politique. Nous savons tous que si les femmes peuvent participer et contribuer dans toutes leurs capacités, alors notre société, notre économie, notre nation, et nos futurs collectifs sont renforcés.

Je saisis maintenant cette occasion pour inviter le Dr Biden à dire quelques mots. Merci encore, et bonne fête du 4 juillet.

            [Dr. Biden will make brief remarks with consecutive interpretation by delegation interpreter Thomas Rankin.  Odette Makengo will then close by announcing the end of the formal ceremony]

LEAVE A REPLY

*