Emballages en plastique : dernière mise en garde du Gouvernement

0
42

Trois semaines après l’expiration de l’ultimatum donné aux opérateurs
économiques par le Premier ministre Bruno Tshibala, particulièrement
ceux qui ont investi dans la production et la commercialisation des
emballages en plastique, les lignes n’ont pas bougé ! Les concernés
semblent faire la sourde oreille.
Ce constat malheureux de non observation de la mesure
gouvernementale, celle sommant lesdits opérateurs d’arrêter
l’importation, la fabrication ou production ainsi que la
commercialisation des emballages en plastique au 30 juin 2018, a été
fait hier mardi 24 juillet par le ministre d’Etat en charge de
l’Economie nationale Joseph Kapika lors d’une descente surprise qu’il
a effectuée sur le terrain.
En effet, après le tour effectué dans quelques usines de fabrication
et principaux centres commerciaux spécialisés dans le vente des
emballages en plastique dans la capitale Kinshasa, en vue de s’assurer
de l’applicabilité de la décision du chef du gouvernement, le ministre
de l’Economie nationale a été complètement déçu. Aucun opérateur
économique n’a observé le décret du Premier ministre.
On rappelle que le Premier ministre, en janvier avait, à travers un
décret signé, donné un délai de six mois aux opérateurs qui importent,
fabriquent et commercialisent des emballages en plastiques d’arrêter
au 30 juin 2018. La décision du chef du gouvernement était motivée par
la pollution de l’environnement ainsi que les conséquences de ces
emballages non dégradables sur la vie de la population. Cas du
rétrécissement des rivières urbaines presque bouchées par ces déchets
en plastique. Ce qui fait que quand il pleut, il y a des inondations
qui causent des dégâts parce que les rivières n’ont presque plus de
lits.
Un arrêté interministériel portant la signature des ministres de
l’Environnement, du Commerce extérieur et de l’Economie nationale,
avait été pris en appui au décret du Premier, qui donnait un moratoire
de six mois aux opérateurs économiques d’arrêter l’importation, la
production et la commercialisation des emballages en plastique pour
des raisons évoquées ci-haut.
Face à ce constat malheureux qui frise l’entêtement des opérateurs
économiques, Joseph Kapika veut leur donner la dernière chance. Il les
a appelés au respect strict de la mesure.
Avant d’annoncer en guise des menaces à l’endroit de ces
récalcitrants, le déploiement dans les tout prochains jours sur le
terrain des inspecteurs industriels, des éléments de la Police
nationale, ainsi que des inspecteurs de l’Environnement pour procéder
au contrôle sur l’ensemble du territoire national. A cet effet, il
sera non seulement procédé à l’incinération de tous les emballages en
plastique que les inspecteurs trouveront dans les magasins et
entrepôts, mais leurs fabricants et commerçants subiront la rigueur de
la loi. Au passage, le ministre d’Etat à l’Economie nationale prévient
qu’on leur fera payer des amendes et des pénalités prévues par la loi.
Dom