Des élus franco-congolais s’engagent à accompagner la décentralisation en RDC

0
74

    MuyejPlusieurs résolutions et recommandations ont sanctionné l’atelier de trois jours, du 27 au 29 novembre 2014, axé sur la promotion de la décentralisation en RDC. Organisé à l’hôtel Venus à Gombe par le gouvernement de la République, à travers la Cellule Technique d’Appui à la Décentralisation (CTAD) du Ministère de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, ces 1ères Assises de la coopération décentralisée entre les collectivités territoriales françaises et congolaises, ont pris l’option de générer un budget participatif pour les Entités Territoriales Décentralisée (ETD). L’Association nationale des Villes et Communes, que dirige désormais le Gouverneur Ngoy Kasanji, est conviée à accompagner la mise en place des ETD, de même que le CEFOCK(le collectif des Elus Français d’Origine Congo Kinshasa (CEFOK), devra faire un grand lobbying au niveau international. Quant à la CTAD, elle est
appelée à jouer un rôle de suivi d’évaluation auprès des structures décentralisées, et aussi, à battre une campagne de sensibilisation de la population de toute l’entendue du pays sur le fonctionnement des Entités Territoriales Décentralisées et  Déconcentrées.

Clôturant cet atelier, le directeur du cabinet adjoint du ministre de l’Intérieur, Kalo Malaba, a rappelé à l’assistance qu’en ce jour, le gouvernement de la République a fait de la décentralisation son cheval de bataille, compte tenu du processus électoral en cours, qui prévoit très prochainement l’organisation des élections urbaines, municipales et locales. Il a aussi rendu hommage au gouvernement pour son engagement et au CEFOCK pour sa contribution dans la matérialisation de la décentralisation en RDC.
Il convient de souligner qu’à l’ouverture de cet atelier, le ministre de l’Intérieur, Richard Muyej, avait déjà soutenu qu’au stade actuel, le processus de la décentralisation en RDC devient irréversible. Ainsi, avait-il confirmé, ces 1ères Assises de la coopération décentralisée entre les collectivités françaises et congolaises, constituent un atout incontournable du processus de mise en œuvre de la décentralisation en RDC, entamée depuis 2012.
Prenant à son tour la parole dans cette cérémonie de clôture, la présidente du CEFOCK, Claire Tawab, est revenue sur les objectifs de sa structure, notamment, être un allié diplomatique de taille de la RDC, dans son virage vers la décentralisation. « La coopération territoriale, c’est mon combat de tous les jours. Cette coopération n’est autre qu’un mode de relation comprenant toutes les connexions d’amitié. Nous avons eu des contacts avec les maires et les bourgmestres ici présents dans la salle, qui veulent un partenariat avec la France pour développer leurs entités. Le CEFOCK vous accompagnera jusqu’au bout », a promis cette adjointe du Maire de la Ville de Grigny, en France.
Signalant que le CEFOCK n’est qu’une association des Congolais naturalisés français qui travaillent dans la petite territoriale française, Claire Tawab a indiqué qu’elle existe depuis 2003. Elle s’est engagée avec la RDC sur deux axes : d’abord, appuyer le pays dans le secteur de l’assainissement, et, ensuite, sur la formation des Elus locaux.
Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*