Elu président de l’APF : Aubin Minaku place son mandat sous le signe de la démocratie et de la bonne gouvernance

0
60

minakuAprès plusieurs années de léthargie, la République Démocratie du Congo vient de refaire surface sur la scène internationale grâce à la diplomatie parlementaire qui a ainsi réussi à marquer un grand coup. Il s’agit de l’élection du président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, à la présidence de l’APF (Assemblée Parlementaire de la Francophonie).

C’était lors de la 14ème session ordinaire de l’Assemblée parlementaire de la francophonie dont les travaux se sont déroulés du jeudi 9 au vendredi 10 juillet à Berne, en Suisse.

Avec cette élection, on voit le pays revenir en force sur la scène politique et diplomatique internationale. Car, ce n’est pas une mince affaire de l’emporter sur quelque 70 pays membres de l’organisation des parlementaires francophones, soit un tiers des Etats membres des Nations unies.

Par ailleurs, cette élection du speaker de la chambre basse du parlement redonne désormais l’espoir à toutes les institutions du pays de croire de nouveau aux chances de la RDC de jouer un rôle de premier plan sur la scène internationale.

On note que la RDC était la seule candidature en lice pour le perchoir de l’APF. Et le Congolais Aubin Minaku succède ainsi au Canadien Paul Mclntyre, pour deux années à la tête de cette organisation internationale des pays ayant en commun la langue française.

            S’adressant à ses collègues de l’APF à l’issue de son élection, le nouveau président a dit placer son mandat sous le signe de la démocratie et de la bonne gouvernance. C’est-à-dire militer pour que les parlementaires Francophones jouent pleinement leur rôle auprès de leurs exécutifs respectifs, afin de promouvoir la démocratie et la bonne gouvernance dans leurs pays francophones. Pour cela, ils doivent être, eux-mêmes, des vigiles de la démocratie et de la bonne gouvernance de leurs pays.

            Aubin Minaku a promis, pendant son mandat, porter haut la voix de la Francophonie. Autrement dit faire en sorte que l’APF ait de la voix dans des instances de prise des décisions au niveau mondial.

            Toujours dans son discours de circonstance, il a réitéré sa détermination à créer la synergie des Etats en vue de combattre le terrorisme et la criminalité transfrontalière. Idem en ce qui concerne la lutte contre le réchauffement climatique.

            Le président de l’Assemblée nationale congolaise était à la tête d’une délégation des députés de son pays qui ont participé aux assises de la 41ème session de l’APF, témoins de l’honneur fait à la RDC en portant au perchoir de cette organisation internationale un de ses dignes. Dans le lot, on peut citer Henri Thomas Lokondo, Patrick Muyaya, Geneviève Inagosi, Pius Muabilu, etc. Son Directeur de cabinet Jean-Pierre Lihau a également assisté à l’événement.

Dom