Elle cherchait une parcelle… et se fait escroquer 17.000 USD

0
270

 

Le génie des escrocs qui pullulent actuellement dans la ville de Kinshasa, à la recherche des victimes potentielles auxquelles ils proposent des parcelles résidentielles et des terrains à vendre, a fait en février dernier, une victime de plus en la personne de Eugénie Zanga Moyo.
 
Cette dame qui tenait à acquérir une parcelle résidentielle et qui avait pris presque toutes les précautions pour éviter une mésaventure, a été malheureusement roulée dans la farine par une bande des malfaiteurs dirigée par Pitchen, de son vrai nom de famille, Yama-Yama Singatala.
 
Le décor de 
l’escroquerie 
 
Dans son souci de se doter d’un chez soi, Eugénie Zanga Moyo avait contacté des commissionnaires immobiliers de Matete où elle réside aux fins de lui trouver une parcelle résidentielle. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre, jusqu’à atteindre la redoutable bande à Pitchen rompue dans l’escroquerie immobilière et qui a ruiné bien de personnes dans cette ville de Kinshasa.
Pour réussir leur coup, Pitchen s’est consacré en priorité à la recherche des documents d’une parcelle résidentielle située à Masina Petro-Congo, non clôturée et qui offrait plusieurs sorties. Il est passé d’abord au bureau du quartier, ensuite à la commune, et enfin, à la 1ère rue Limete, à la Division urbaine de l’Urbanisme et Habitat.
Cette première tâche accomplie, il va louer pour la circonstance, une bicoque à Nsele où il devait accueillir la victime, alors que sa vraie résidence est située sur avenue Kutu n°6, quartier Kinsuka pêcheurs, commune de Ngaliema.
Ses hommes sont allés ensuite prendre contact avec Zanga Moyo à qui ils ont proposé l’achat d’une parcelle avec quelques appartements au prix de 20.000 dollars. Intéressée par cette offre, la dame qui ne disposait que de 17.000 dollars, leur a fixé rendez-vous pour la visite des lieux. C’est en ce moment que la bande a dépêché un de ses membres pour se poster  dans les parages de la parcelle de Masina Pétro-Congo.
Le jour du rendez-vous, Pitchen s’est rassuré que tout le dispositif était bel et bien en place depuis 8 heures, pendant que lui-même attendait patiemment la victime et son équipe à Nsele. A l’aide de son téléphone portable, il suivait toutes les péripéties de ce coup, donnant des orientations à ses hommes et modifiant des consignes au fil des heures et des minutes.
 
A Masina Pétro-Congo, un faux locataire assure l’accueil de la victime 
 
Ce jour-là, deux membres de la bande sont allés chercher Eugénie Zanga Moyo à son domicile de Matete et l’ont conduite à Masina Petro-Congo, où le faux locataire faisait les cent pas devant la fameuse parcelle. A leur arrivée, il les a accueillis avec beaucoup de courtoisie, signalant le passage de nombreux commissionnaires qui escortaient d’éventuels acquéreurs. Une façon de faire comprendre à la dame qu’elle devait se dépêcher pour ne pas rater cette belle occasion.
A l’issue de la visite des lieux, la dame opte pour l’achat de ce bien immobilier. Rendez-vous est pris avec le propriétaire des lieux qui habiterait Nsele. Le lendemain, les escrocs et leur victime frappent à la porte de la maison de Pitchen. Il les reçoit avec une joie immense, exigeant que la vente soit vite conclue parce qu’il est très embêté par la visite de plusieurs personnes.
Dans le cadre des vérifications d’usage, il a exhibé les vrais faux documents prétextant que si le paiement intervient le même jour, après deux ou trois jours, ils pourront procéder à la mutation des titres de propriété.
Pour sa part, Eugénie Zanga Moyo pressée d’acquérir cette parcelle de Masina Pétro-Congo, ouvrit son sac, déballa le paquet de 17.000 dollars et le tendit à Pitchen. Ce dernier confia le colis à ses comparses pour vérifier liasse après liasse, les bottes des billets de dollars.
A l’issue du comptage, Pitchen établira un acte de vente, tout en rassurant qu’elle a acquis une belle et grande parcelle où elle pourra ériger d’autres appartements, ainsi qu’une grande boutique dans ce quartier où les produits alimentaires, cosmétiques et autres se vendent comme de petits pains.
Marché conclu, Pitchen a fixé à la dame un rendez-vous pour la procédure de mutation des titres de propriété.
Le jour convenu, le téléphone de Zanga Moyo n’a pas reçu un appel de Pitchen, ni même un SMS pour signaler un quelconque report du rendez-vous. Trois jours plus tard, elle décide d’aller s’enquérir de la situation à Nsele. 
Première surprise désagréable. A Nsele, on lui apprendra que Pitchen avait déjà déménagé pour une destination inconnue. La mort dans l’âme,  Zanga Moyo va se rendre ensuite à Masina Pétro-Congo. Ici aussi, une seconde surprise déconcertante l’attendait. Non seulement cette parcelle n’a jamais été mise en vente, mais elle fera la connaissance de son vrai propriétaire qui ignorait tout de la transaction intervenue entre elle et les escrocs. Et le fameux locataire ?  Membre de la bande des malfaiteurs, il s’était posté devant la parcelle juste pour l’accueil de la victime et sa mise en conditions par la visite des lieux. Parmi les locataires de cette parcelle, aucun homme ne ressemble à cet escroc. Sur le champ, Eugénie Zanga Moyo s’est rendue à l’évidence qu’elle venait d’être victime d’une escroquerie savamment montée.
Dans un sursaut de révolte, elle va décider de rechercher cette bande des malfaiteurs. Pour ce faire, Eugénie Zanga Moyo a déposé plainte contre inconnus auprès du Bataillon de la police d’investigations criminelles. Et la traque avait démarré en ce mois de février.
Quatre mois plus tard, les policiers sont parvenus à trouver après mille et une difficultés, la piste d’un des malfaiteurs. Appréhendé la semaine passée, l’escroc est passé aux aveux et aidé à la capture de ses amis.
L’enquête se poursuit et les limiers du Bataillon de la police d’investigations criminelles seraient occupés aujourd’hui, avons-nous appris, à reconstituer le palmarès de cette bande dont on dit qu’elle a escroqué plus de trente personnes dans la ville de Kinshasa, depuis plus d’une décennie.
                                                          J.R.T. 

LEAVE A REPLY

*