Elections : l’UE et la Ceni font le point

0
38
Deux diplomates européens affectés dans les Grands Lacs, à savoir l’Envoyé spécial de l’Union Européenne, qu’accompagnait  l’ambassadeur Chef de mission pour cette région, ont eu des discussions hier mardi 14 juillet 2015 au siège de la CENI avec le vice- président  de cette institution d’appui à la démocratie, André Mpungwe, qui avait à ses côtés le rapporteur Jean-Pierre Kalamba.
Pendant près de deux heures, les deux diplomates ont cherché à connaître l’état  d’avancement du processus électoral, la situation du calendrier et du financement des élections, l’environnement électoral, etc.
Approché par les médias à l’issue de la rencontre, Koen Vervaeke a fait savoir que les échanges ont porté sur la clarification d’un certain nombre des points, sans autre précision.
            Quelle est la hauteur du montant prévu par la communauté internationale pour ce cycle électoral ? Peu enclin à s’engager sur le terrain des chiffres, l’Envoyé  spécial de l’UE dans les Grands Lacs a indiqué que le temps pressait  et que l’Union Européenne était consciente  du problème.
            Les  diplomates européens, lit-on dans la note d’information de la CENI remise aux médias , ont eu des explications détaillées sur le traitement des recours des candidats recalés aux élections législatives provinciales dans les cours d’appel, l’examen au Parlement de la loi portant répartition des sièges pour les élections locales et municipales, etc.
            En ce qui concerne la réévaluation du calendrier, il est fait état de la disponibilité de  la CENI à recevoir des propositions dans un cadre conforme à la loi, avant d’envisager un quelconque réaménagement.
            On apprend qu’une première vague d’experts  de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) chargés de l’audit du fichier électoral devrait arriver hier mardi à Kinshasa. Ces « auditeurs » vont être rejoints incessamment par leur chef d’équipe, le général malien Siaka Sangare. Des observateurs de la Majorité présidentielle, de l’Opposition et de la Société civile seront associés à leurs travaux.
S’agissant des élections provinciales, il est fait état de l’enregistrement de 24.191 candidatures pour 711 sièges et de 673 dossiers recalés. La CENI attend les Arrêts des différentes cours d’appel de la République pour arrêter la liste définitive des candidats.
Complété par le Rapporteur  de la CENI, Mpungwe a rappelé les défis du cycle électoral. Il s’agit du cadre légal qui devrait  être défini par la loi  sur la répartition des sièges, de la révision de la loi sur l’identification  et l’enrôlement  des électeurs, dans le but de favoriser l’enregistrement des nouveaux majeurs, du financement global des élections.
            Les  officiels  de la CENI ont insisté auprès de deux diplomates  européens pour que les promesses financières de la communauté internationale se traduisent rapidement en actes.
Jean- Pierre Nkutu