Elections : les Envoyés spéciaux exigent un calendrier global

0
63

 images (26)A l’issue de leurs rencontres et consultations avec les différents acteurs du microcosme politique national ( Président de la République, Premier ministre, membres de la Ceni, activistes de la Société civile, animateurs du Mécanisme national de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, etc.), les envoyés spéciaux pour la région des Grands lacs ont animé une conférence de presse, hier mardi 3 juin 2014 au Quartier général de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation de la RD Congo(Monusco). D’une voix unanime, ces délégués spéciaux ont salué les progrès réalisés par la RDC dans la mise en œuvre des engagements souscrits aux termes de l’Accord-cadre, mais ont tous aussi demandé un calendrier global des élections à l’horizon 2016. « Il est important pour le peuple de savoir ce qui sera fait en 2016, et nous, la Communauté internationale, serons à même de réaliser ce qui est important en termes de besoins pour le soutien de ces scrutins. Le calendrier des élections locales, municipales et communales, c’est bien, mais on veut un calendrier global  » a précisé Mary Robinson, l’envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations-Unies pour la région des Grands lacs.

Ont autant pris part à ce rendez-vous avec les médias, Martin Köbler, représentant spécial du Sg des Nations-Unies et chef de la Monusco ; Boubacar Diarra, envoyé spécial de la présidente de la Commission de l’Union Africaine pour la région des Grands lacs ; Russ Feingold, envoyé spécial des USA pour la Région des Grands Lacs ; et Koen Vervaeke, haut coordinateur de l’Union Européenne pour la région des Grands lacs.

En effet, pour les délégués spéciaux, les élections sont un rendez-vous crucial pour le RDC et pour la région. Koen Vervaeke a même souligné que c’est « un moment important pour ancrer la stabilité et la démocratie dans la région ». « Il faut des élections parfaites, qui reflète la volonté du peuple. Nous verrons comment les élections locales seront engagées pour nous permettre d’évaluer notre soutien…Le monde entier observe si le Congo va avancer ou régresser » a ajouté son collègue américain, précisant par ailleurs qu’ « ils sont là pour donner des orientations, des conseils, tout en respectant la souveraineté de la RDC »

            Occasion pour le patron de la Monusco, de souligner toute la symbolique qui entoure ce séjour où tous les cing envoyés spéciaux qui ont tous un approche commun de la situation tant au Congo que dans la région des Grands lacs. « La Monusco a besoin de cette solidarité pour ses actions… » a indiqué Köbler.

            Concernant les groupes armés encore actifs, particulièrement les FDLR, les envoyés spéciaux ont appelé à la reddition complète de tous les combattants et hauts gradés de ce mouvement rebelle rwandais, sinon la pression militaire sera accentuée. Cependant, ils ont plaidé pour plus d’action en faveur des ex combattants M23 réfugiés au Rwanda comme cela est fait pour leurs congénères exilés en Ouganda.

            Préconisant la justice par la mise sur pied des chambres mixtes, le délégué américain a indiqué que les responsables de crimes contre l’humanité doivent être jugés.

            L’envoyé spécial de l’Union africaine pour les Grands Lacs et co-président du comité d’appui technique de suivi de l’accord d’Addis-Abeba, Boubacar Diarra, a enfin informé que le comité de suivi, en accord avec la Banque mondiale, a établi un tableau d’actions pour favoriser la croissance économique dans la région en faveur des populations locales. Le diplomate a expliqué que ces actions devraient être menées dans le domaine de l’agriculture, de l’énergie et du commerce transfrontalier.

Tshieke Bukasa &

Theresia Lissala (stagiaire IFASIC)

LEAVE A REPLY

*