Elections : la presse est prête

0
65

presse1Les rideaux sont tombés, hier mercredi 6 mai, sur les «Premières Journées déontologiques de la Presse congolaise» sur le thème « Les défis éthiques et déontologiques des journalistes et médias pour des élections apaisées en RD Congo ». Le forum a été co-organisé par les trois structures professionnelles des médias en République Démocratique du Congo : OMEC (Observatoire des Médias Congolais), UNPC (Union Nationale de la presse du Congo), JED (Journaliste en Danger).

La cérémonie de clôture, s’est déroulée à Venus hôtel. Elle a connu trois allocutions : le mot du président de l’OMEC (Observatoire des Médias Congolais), Polydor Muboyayi Mubanga, au sujet de l’ouvrage de son organisation intitulé «Monitoring des médias en période électorale», la lecture des recommandations du forum par notre confrère Sévérin Bamany et le mot de clôture des travaux par le président du CSAC (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication) Tito Ndombi.

Avant de procéder à la présentation de l’ouvrage, le président de l’Omec a tenu à rappeler les raisons qui ont milité en faveur de l’organisation dudit forum à l’intention des professionnels des médias.

Il a été entre autres, au cours des travaux, question de revisiter les problèmes majeurs qui se posent au sein de la corporation ; de rappeler au journaliste les règles d’éthique et de déontologie devant guider son travail ; de la sécurité du journaliste ; de la viabilité des médias ; etc.

Pour cela, il a émis le vœu de voir les recommandations sanctionnant les «Premières Journées déontologiques de la presse congolaise» contribuer effectivement à l’amélioration au travail du journal, particulièrement en période électorale.

Tout en invitant le journaliste à observer un comportement digne et conforme aux règles d’éthique et de déontologie dans l’exercice de sa profession, Polydor Muboyayi a reconnu que ledit comportement demeure toutefois tributaire d’un environnement socio-politique sain.

Puis, il a fait une présentation succincte de l’ouvrage en rappelant qu’il est le deuxième du genre. Il a indiqué à cet effet qu’avant le processus électoral de 2006, l’Omec avait publié «Le guide pratique du journaliste en période électorale».

Il importe de signaler qu’hormis le « Monitoring des médias en période électorale », les participants ont également reçu le « Code de conduite du journaliste en période électorale ».

Pour clore son propos, le président de l’Observatoire des Médias Congolais a déclaré que les organisateurs du forum restent convaincus que les assises de l’hôtel Venus apporteront une nette amélioration tant dans le travail que dans le comportement des hommes et des femmes des médias de la République Démocratique du Congo.

Le Directeur de Digital Congo, Sévérin Bamany qui fait la lecture des recommandation ayant sanctionné les travaux des Premières Journées déontologiques de la presse congolaise. Celles-ci s’adressent successivement aux journalistes, au gouvernement, aux acteurs politiques, ainsi qu’aux partenaires qui soutiennent le développement des médias en RDC.

Clôturant les travaux, le président du CSAC a exprimé le voeu de voir émerger  un journaliste de qualité, d’objectivité et d’impartialité pour la couverture des élections à venir.

Pour cela, a-t-il insisté, le journaliste congolais devra être respectueux des règles éthiques et déontologiques de sa profession qui lui servent de guide dans la conduite de son travail au quotidien.

Sur la même lancée, Tito Ndombi a invité le journaliste à résister aux pressions politiques et de l’argent dans l’exercice de son métier. Car, a-t-il soutenu, lorsque le journaliste travaille en toute indépendance, les acteurs politiques ne trouvent pas de prétexte pour lui donner des injonctions.

Pour rappel, débutés le lundi 4 mai 2015, les travaux des « Premières journées déontologiques de la presse congolaise» ont connu plusieurs exposés.

Dans le lot, on peut citer quelques thèmes ci-après : « les Voies de la paix et de la stabilité en RDC : l’état des lieux de l’Accord d’Addis Abeba » par François Muamba ; « Le rôle des médias pour des élections apaisées » par Charles Bambara représentant du patron de la Monusco ; «La liberté de presse et d’expression face aux défis sécuritaires : jusqu’où ne pas aller trop loin » par la Secrétaire générale du ministère de la Communicaion et Médias) ; « Rôles et attitudes des médias lors des élections de 2006 et 2011 ; film de Francine Mukoko » ; « Vers une meilleure couverture de l’information électorale : les défis éthiques et déontologiques des journalistes » par le prof Ekambo Duasenge.

Pour la deuxième journée, il y a eu : « L’égalité des genres dans les médias » par Joseph Poto-Poto de l’Unesco ; « La problématique du financement de la presse en RDC » par Didier Mumengi ; « A l’ère numérique : la liberté de la presse à l’épreuve des enjeux sociaux » par le ministre KinKiey Mulumba ; « L’avènement du journalisme citoyen » par le prof Mwenze.

Signalons que  la remise des prix du trophée Lucien Tshimpumpu, initialement prévue à la fin des travaux du forum, a été reportée au 22 juillet, date de la célébration de la journée nationale de la presse. Raison : des problèmes logistiques liés au déplacement des lauréats de provinces pour rejoindre Kinshasa.

Dom

Recommandations

Nous, les professionnels des médias de la République Démocratique du Congo, réunis du 04 au 06 mai 2015 à l’Hôtel Venus, à l’initiative de l’UNPC, OMEC et JED, dans le cadre des Premières Journées Déontologiques de la Presse congolaise, sous le thème: «Les défis éthiques et déontologiques des journalistes et medias pour des élections apaisées en RDC »;

Après avoir suivi les exposés sur l’état de la liberté de la presse, les voies de la paix et de la stabilité de la RDC à travers l’Accord-cadre d’Addis-Abeba ainsi que le rôle attendu des medias pour des élections apaisées en RDC, faisons la déclaration suivante :

  1. Aux journalistes :

Le respect strict du Code d’Ethique et de Déontologie du Journaliste congolais, gage du professionnalisme et de leur sécurité ;

  1. Au Gouvernement:

– La réouverture de tous les organes de presse fermés à travers toute l’étendue du pays;

– La libération de tous les journalistes qui sont en prison;

– L’accélération de l’adoption de la loi sur l’accès à l’information actuellement sous examen au Sénat;

– Un moratoire sur les arrestations et emprisonnements des journalistes, en attendant l’adoption d’une loi sur la dépénalisation des délits de presse ;

– La concrétisation des régimes des aides directes et indirectes aux medias.

  1. Aux acteurs politiques

De tenir des propos responsables et de s’interdire l’instrumentalisation des medias de leur obédience et de la population ;

  1. Aux partenaires nationaux et internationaux des médias :

– De soutenir par leurs appuis le secteur des medias pour leur permettre d’accompagner positivement le processus électoral en cours pour des élections apaisées.

Fait à Kinshasa,

 le 06 mai 2015

Les participants