Elections de 2011 : Médias et Société civile partagent l’expérience américaine

0
36

Rentrée des Usa où il était invité avec d’autres journalistes africains, des acteurs de la société civile  et des hommes politiques par le gouvernement américain dans le cadre de son programme actuel, Lucien Kahozi, journaliste congolais œuvrant à Lubumbashi et correspondant de plusieurs médias, a échangé  hier jeudi 14 octobre  à la bibliothèque américaine (American corner) de l’Université protestante du Congo (Upc) avec les médias et les acteurs de la société civile. Cette  activité organisée avec le soutien de l’ambassade américaine en Rd. Congo avait pour but de partager avec son auditoire son expérience de la démocratie américaine au moment où se profilent les élections générales de 2011. Elections au cours desquelles les journalistes sont appelés  à jouer un rôle de premier plan afin d’aider la population à opérer un  bon choix sur les hommes et femmes capables de bien gérer la res publica.  

            De son premier contact avec le processus électoral américain, notre confrère a noté la liberté d’expression, mais surtout l’indépendance avec laquelle les journalistes américains abordent les questions d’intérêt public. Cette liberté  se matérialise à travers les débats publics que les journalistes animent avec quiconque veut briguer les suffrages et cela  à tous les niveaux. Pour ce journaliste, la presse pendant les élections passe pour la garante  de la viabilité de tout le processus afin  éviter tout dérapage et permettre au citoyen de faire le bon choix.

            Par ailleurs, conscient de la situation qui est la nôtre et malgré toutes les contraintes dans l’exercice du métier, l’orateur a appelé ses confrères au courage  pour devenir de journalistes citoyens. Ce journalisme selon Lucien Kahozi,  est désormais  invité à accompagner la population dans son choix, un lui fournissant  des éléments objectifs  sur les candidats qui sollicitent son suffrage pour connaître ses idées et sa capacité à changer son quotidien,  a-t-il souhaité. Il s’est ainsi insurgé contre ce type  journalisme qui a court chez nous,  consistant  à flouer la population en lui présentant de portraits tout faits  de candidats dont le mérite de certains  ne se mesure qu’à leur capacité à donner à manger, à boire et à distribuer de T-shirts et non sur un programme à réaliser une fois aux affaires. Il a surtout insisté sur les élections à la base qui sont pour lui le socle de la démocratie. C’est vraiment à ce niveau que les journalistes et les acteurs de la société civile  doivent conjuguer leurs efforts en organisant des activités citoyennes dont les débats de quartier afin de permettre au citoyen de se choisir des hommes et de femmes compétents pour espérer sortir de cet engrenage de la pauvreté dans lequel vivent les Congolais. De cet exposé, il s’en est suivi un débat intéressant qui a ouvert les yeux aux hommes et femmes des médias ainsi qu’aux acteurs de la société civile qui ont bien pris conscience de leur rôle de garant de la démocratie. 

A.Vungbo

LEAVE A REPLY

*