Elections Crédibles et apaisées : les ANMDH invitent la Ceni à abandonner la machine à voter

0
157

Au cours d’un débat citoyen qui s’est tenu le mercredi 10 octobre 2018, dans la salle de conférences de la paroisse Saint Joseph de Matonge, sous le thème « Les libertés publiques en péril, les élections non-crédibles et la documentation des validations des droits
de l’homme avant, pendant et après les élections », l’ONG les Amis de Nelson Mandela pour les droits de l’homme (ANMDH)a convié à la Ceni à se conformer à la loi sur le vote électronique afin d’assurer un climat apaisé du processus électoral.  L’ONG les ANMDH n’a pas seulement pour mission de documenter les violations des droits de l’homme et les publier mais aussi de les prévenir.

Développant les trois points du jour, Robert Ilunga Numbi, Directeur
Exécutif des ANMDH, a fustigé le fait qu’il y a interdiction des
manifestations publiques, sans que personne ne soit  en mesure de
brandir un document.
Ceci présage qu’il y aura des revendications et des émeutes qui sont
souvent à la base des violations des droits de l’homme. Si à Kinshasa
il est constaté depuis avril 2018 une certaine tolérance avec les
trois derniers meetings de l’opposition, à l’intérieur du pays par
contre, les maires des villes et les gouverneurs des provinces
interdisent les manifestations pacifiques de l’opposition et des
organisations de la société civile sous prétexte que c’est sur ordre
de la hiérarchie. Par contre, les organisations politiques et alliés
du pouvoir les organisent en toute sécurité, sous l’encadrement de la
police.
Avec la machine à voter controversée et non consensuelle, ce vote
digital avec un bulletin imprimé à glisser dans  l’urne est
effectivement un vote électronique et non manuel.  Si c’est pour aller
aux élections avec cette machine qui n’inspire pas confiance, le vote
sera non crédible et ceci laissera à croire qu’il y a un intérêt
particulier de la Ceni ou de son président à imposer ce fait à tous.
Cela étant, la Ceni est tenue de se conformer à la loi qui interdit le
vote électronique pour les échéances électorales actuelles.
L’Ong les ANMDH a informé les dirigeants congolais que les actes
qu’ils sont en train de poser actuellement sont sous surveillance à
tous les niveaux et, toute violation des droits de l’homme ne restera
pas impunie. Elle a encouragé les défenseurs des droits de l’homme et
autres acteurs de la société civile à continuer à réunir des preuves
concernant toutes les violations des droits de l’homme enregistrés,
bien cibler leurs acteurs proches et lointains et  jouer aux système
d’alerte précoce.
A la population, il est recommandé la vigilance pendant cette période
de choix libre des candidats à élire.  Le vote doit être
consciencieux, sans tenir compte de fausses promesses, ni de petits
cadeaux en espèces ou en nature.
A la communauté internationale, les ANMDH ont recommandé de ne pas
abandonner un peuple impuissant devant les forces armées et de
continuer à surveiller le comportement inhumain de certains dirigeants
déterminés à diriger par défi. A ce niveau, il n’y aura pas de
l’ingérence mais plutôt de l’assistance humanitaire.
Yves Kadima