Elections 2011 : l’Urec fait bloc avec l’Anader

0
22

Arrivé à Kinshasa depuis plus d’une semaine, le président national de l’Union pour la reconstruction du Congo(UREC), le Dr Oscar Kashala, s’est entretenu la presse, le samedi 23 juillet dernier à l’hôtel Memling, sur les points brûlants de l’actualité. Dans le lot, le candida à la présidentielle de 2006 s’est exprimé sur les raisons de sa longue absence du pays, les ambitions de l’UREC face aux enjeux électoraux, le bicéphalisme au sein du parti, etc.

Concernant son absence du pays, Oscar Kashala a tenu d’abord à souligner qu’elle n’a pas préjudicié la bonne marche du parti, lequel était toujours tenu par ses cadres, au niveau de différentes fédérations tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Toutefois, a-t-il appuyé, c’est essentiellement pour des raisons professionnelles, car responsable d’un département de cancérologie, qu’il est longtemps resté hors du pays, et aussi à cause du malheur qui s’était abattu dans sa famille avec le décès de son 3ème enfant, l’année passée  aux Etats-Unis. « Le leadership commençant au foyer, je devais donc accomplir ce devoir. Nonobstant ces situations et tant d’autres, les activités du parti se déroulaient normalement à travers l’implantation de l’Urec dans le Bas-Congo, le Kivu etc. » 

Face à la dissidence qui s’était manifestée à Kinshasa en son absence, Oscar Kashala a proclamé urbi et orbi qu’il n’existe pas 2 Urec mais une seule. Les cadres qui avaient abusé dans la gestion du parti ont été chassés. Pour avoir, rappelle-t-il, volé biens et meubles du parti, voire vendu la licence de la chaine de télévision que nous voulions créer et par peur d’être trainés devant la justice, ils ont créé une fausse crise dans le parti. L’usurpation a échoué, a-t-il déclaré, et il reste président de l’Urec jusqu’au congrès qui se tiendra le mois prochain.

 

Candidat à la prochaine présidentielle, le médecin a averti que face à un président sortant qui se représente, il faut de gros moyens. Sa retraite stratégique lui a  permis de bâtir un capital solide, d’asseoir une crédibilité internationale, de parachever un discours réaliste convaincant, etc. Entre-temps, il a annoncé la signature, depuis 2010 à Cape Town devant la présidente de l’internationale libérale, d’un partenariat de travail  et d’une fusion avec l’Anader du président Kumbu Kumbel. Ainsi, à cause de la fraternité, la similitude de vision et d’idéologie basée sur la lutte contre les antivaleurs, Dr Oscar Kashala a indiqué qu’ils iront tous deux (Urec et Anader) aux élections en tant que fédération.

Au moment où il se prépare à parler au peuple et discuter des problèmes majeurs auquel il fait face, le leader de l’Urec fait noter d’ores et déjà que le Congo de 2011 s’est davantage appauvri. « En tant que médecin, je ne pose pas seulement le diagnostic mais j’apporte aussi des solutions… » a-t-il lancé, tout en rassurant l’opinion du vent du changement qui s’annonce réellement.

            Tshieke Bukasa

 

LEAVE A REPLY

*