Elections 2011 : le gouvernement appelé à dissiper les doutes

0
22

L’organisation  des  élections  en  2011  est  un  problème  susceptible  de  provoquer  des  insomnies  sinon  des  cauchemars.  Sera-t-il  possible  de  respecter  le  timing,  sans  être  contraint  de  dépasser  l’échéance  légale  considérée  comme  incontournable  par  les  partenaires  traditionnels  de  la  RDC ?  On  a  présenté  dernièrement  au  public  sur  des  chaînes  de  télévision  locales,  du  matériel  roulant (jeeps,  motos,  vélos,  hors-bord)  destiné  à  la  Commission  électorale  nationale  indépendante (CENI),  commandé  par  le Président de la Répubique, Joseph Kabila.  C’est  déjà  un  geste  appréciable de  la  part  du  Chef de l’Etat,  montrant  ainsi sa  volonté d’organiser  les  scrutins  dans  les  délais. Mais  le  terrain  n’est pas  encore  complètement  défriché.  Il  y  a  toujours  des  problèmes  à  résoudre. 

Les  frais  d’organisation  des  élections  sont  évalués  à  200.000.000 Usd (deux  cents  millions  de  dollars)  dont  20.000.000 Usd (vingt  millions  de  dollars)  représentant  la  contribution  du  gouvernement  congolais. Les  partenaires  extérieurs  se  sont  engagés  à  décaisser  90%  de  ce  montant,  soit  180.000.000 Usd (cent  quatre-vingts  millions).  Bien  qu’ils  soient  prêts  à  ouvrir  leur  bourse  sans  délai,  ils  attendent  que  l’Etat  congolais  soit  le  premier  à  dégager  sa  quote-part  à  titre  démonstratif  de  sa  détermination  à  organiser effectivement les élections.

On  sait  qu’en  réponse  à  la  préoccupation  de  la  Communauté  internationale,  le  gouvernement  congolais  a  déjà  manifesté  plus  d’une  fois  sa  volonté  de  respecter l’échéance.  Toutefois, ses  partenaires  extérieurs  sont  loin  de  le  croire  sur  parole.  Ils  veulent  le  mettre  à  l’épreuve.  C’est  pourquoi  ils  se  réservent  de  libérer  les  180.000.000 Usd  tant  que  Kinshasa  n’aura  pas  dégagé  sa  propre  quote-part.  Problème  fondamental  pour  la  poursuite  de  la  démocratie  et  la  consécration du  retour  à  l’Etat  de  droit,  l’organisation  des  élections  de  2011  ne semble  pas  revêtir  l’importance  qu’il  mérite.  C’est  le  constat  qu’en  font  les  acteurs  sociaux  de  la  plate-forme  dénommée  « Cadre  de  concertation  de  la  société  civile  pour  l’observation  des  élections » (CDCE),  au  cours  de  leur  réunion  tenue  dernièrement  à  Kinshasa.  Ils  ont  relevé  certains  faits  troublants  qui  les  ont  amenés  à  pressentir  que  le  respect  de  l’échéance  serait  hypothétique.

Selon  les  études  menées  par  l’Institut  national  des  statistiques (INS), révèlent  ces  acteurs  sociaux,  le  recensement  de  la  population  devrait  débuter  à  partir  de  ce mois  de  mai  pour  se  terminer  6  mois  plus  tard,  soit  le  31  décembre  2010.  On  n’en  est  pas  encore  là.   Depuis  l’année  passée,  selon  eux toujours,  il  y  a  un  décret  du  Premier  ministre  contresigné  par  le  ministre  du  Plan,  relatif  à  l’organisation  des  élections.  Or,  ce  n’est  qu’après  avoir  entrepris  le  recensement  de  la  population  que  l’INS  devrait  communiquer  les  conclusions  de  ses  études  à  la  CENI.  Ni  la  CENI,  ni  le  recensement,  ni  la  quote-part  du  gouvernement,  rien  de  tout  cela  n’est  prêt  jusqu’ici,  observent-ils.  Des   affirmations  verbales  officielles  selon  lesquelles  l’échéance  sera  respectée  ne  sont pas  convaincantes,  estiment  les  observateurs.  Des  doutes  et  des  incertitudes  subsistent,  loin  d’être  dissipés.  Il  y  a  loin de  la  promesse  à  sa  réalisation.    Les  acteurs  sociaux  de  la  société  civile  sont  inquiets  et  sceptiques quant  à  l’organisation  des  scrutins de 2011.  Ils  ne  sont  pas  envahis  par  un pessimisme  gratuit.  L’analyse  objective  de  la  situation  et  des  comportements  prévalant  dans  les  sphères  officielles  les  conforte  dans  leur  jugement.  Tout  observateur  dépourvu  de  préjugés  ne  peut en  disconvenir.  Les  faits  parlent  d’eux-mêmes.  Ce  serait  un miracle  que  l’échéance  si  imminente  soit  respectée. On  peut  s’attendre  à  l’allégation  éventuelle  d’un cas de  force majeure.

Jean  N’Saka  wa N’Saka
Journaliste  indépendant

LEAVE A REPLY

*