Election présidentielle : la Dynamique pour la convocation du corps électoral le 20 septembre

0
163

Menacé d’être délocalisé par le gouverneur de la ville de Kinshasa, pour raison de sécurité, le meeting de la Dynamique de l’Opposition a finalement eu lieu hier dimanche 24 avril 2016 à l’espace compris entre l’avenue de l’Enseignement et le boulevard Triomphal, dans la commune de Kasa-Vubu.

De nombreux militants des partis politiques sociétaires de cette plate-forme ont bravé l’interdit pour répondre à l’appel de leurs leaders. Tôt le matin déjà, les drapeaux de l’UNC, ECIDé, Envol, CDER, MPCR, UDEMO, RCD/KML flottaient sur le site de la manifestation.

Une forte présence policière aux alentours du boulevard Triomphal faisait craindre des dérapages. Mais, il y a eu plus de peur que de mal : tout s’est déroulé dans le calme et sans casse.

Seulement, une partie du terrain réservée au meeting était occupée par des participants à un match de football encadré par la police. Ce match interminable a démarré vers 9 heures pour se terminer vers 14 heures, pratiquement au même moment que le meeting. Empêchés par les forces de l’ordre d’installer leur podium sur la zone neutre comprise entre l’avenue de l’Enseignement et le boulevard Triomphal, les acteurs de la Dynamique ont résolu de se servir du balcon du siège du parti d’Olenghankoy, les FONUS, sur l’avenue de l’Enseignement, pour communier avec leurs militants.

            Un  message identique sortait de la bouche de chacun des orateurs du jour. Tous ont répété, pratiquement le même refrein, à savoir la convocation du corps électoral 90 jours avant la fin du mandat de l’actuel chef de l’Etat, à savoir le 20 septembre 2016, qu’il y ait élection ou pas.

            Vital Kamerhe a réitéré le refus de sa plate-forme de prendre part au dialogue politique sous la facilitation de l’ancien Premier ministre togolais, Edem Kodjo. Le président de l’UNC a insisté sur la tenue des élections dans le délai constitutionnel. Il s’est réjoui de forte la mobilisation de la population kinoise pour le meeting de la Dynamique.

Martin Fayulu a pour sa part conjugué le pouvoir en place au passé en scandant un air populaire fort prisé à Kinshasa : « Au revoir ».

            Le président de l’Ecidé a lancé un appel à la mobilisation du peuple congolais pour gagner la bataille de l’alternance en décembre 2016.

Delly Sessanga a rappelé la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, et plus spécialement son point relatif à la tenue de l’élection présidentielle dans le délai fixé par la loi fondamentale.

            Le président de l’Envol a souligné la nécessité d’une candidature de l’opposition pour gagner le pari de l’alternance au sommet de l’Etat.

            Jean-Claude Vuemba a conseillé au Président de la République l’exemple de son ancien homologue béninois, qui a procédé dernièrement à la passation civilisée du pouvoir au sommet de l’Etat avec son successeur sorti des urnes.

            Jean-Lucien Bussa a, de son côté, démontré le bien-fondé de l’alternance au pouvoir pour sortir le pays de sa descente aux enfers suite à la mauvaise gouvernance de ceux qui sont aux affaires. Pour l’élu de Budjala, le pouvoir en place a l’obligation d’organiser les élections  dans les délais constitutionnels.

            Martin Munkokole s’est livré à un compte à rebours qui a indiqué que le bail de l’actuel Président de la République au Palais de la Nation se termine dans 238 jours.

            Koloso Sumahili du RCD-K-ML a tiré à boulets rouges sur le gouvernement suite à l’aggravation de la situation sociale de la population, accentuée par la dépréciation de la monnaie nationale par rapport aux devises étrangères. Au plan sécuritaire, ce proche d’Antipas Mbusa Nyamwisi a dénoncé l’incapacité des gouvernants de garantir la sécurité à l’Est du pays, particulièrement dans le territoire de Beni, qui connait régulièrement des tueries.

            L’hôte du jour, Joseph Olenghankoy, a loué la bravoure du peuple congolais qui vient de montrer à la face du monde qu’il est  capable de prendre en mains son destin. A cet effet, il a annoncé une série d’actions que compte lancer sa plate-forme pour obtenir l’organisation des élections dans les délais légaux. « Un peuple déterminé est plus fort que la bombe atomique », a lâché l’enfant terrible de la défunte Union Sacrée de l’Opposition, avant de réaffirmer l’unité de sa famille politique dans le combat pour l’alternance au sommet de l’Etat.

            Pour boucler la boucle, le modérateur du jour, le député national Fabrice Puela a demandé aux militants de la Dynamique de regagner leurs quartiers de résidence dans le calme et de s’abstenir de tout acte de violence ou de provocation sur le chemin du retour.

ERIC WEMBA