Election présidentielle 2011 : plus de 80 partis politiques confirment la candidature commune de Tshisekedi

0
31

Le Président National de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (U.D.P.S.), Etienne Tshisekedi wa Mulumba,  a accepté d’être le « Candidat commun de l’opposition congolaise » à l’élection présidentielle prévue pour le 28 novembre 2011, conformément aux «souhaits de tout le peuple congolais  et de toute l’opposition politique ». Pour obtenir officiellement cette acceptation du Leader de l’Udps, un panel d’environ 80  partis politiques et personnalités alliés de l’opposition politique s’étaient donnés rendez-vous à la résidence privée de Président de l’Udps, à Limeté, avec comme objectif lui communiquer, séance tenante, leur décision faisant de lui, non seulement le candidat commun de l’opposition – que plusieurs leaders de l’opposition tenaient à appeler candidat unique – mais aussi et surtout l’autorité morale de l’opposition politique de notre pays. Après l’exposé d’introduction de Lisanga Bonganga qui faisait la modération de cette rencontre, le Sphinx de Limeté a pris la parole pour féliciter les membres de ce qu’il a appelé « vraie opposition » qui sont venus lui soumettre les résultats de leurs travaux, débutés depuis le 25 juillet 2011, alors qu’il était en voyage à l’étranger.

Pour cela, il dit qu’il a annoncé à l’opinion nationale et internationale qu’il acceptait cette proposition pour représenter l’ensemble de l’opposition congolaise à l’élection présidentielle. Et il a remercié, une fois de plus toute l’opposition politique pour ce faire, tout en montrant sa ferme volonté de progresser dans cette lutte pour la restauration d’un Etat de droit, où régnerait la démocratie, la libre expression et le progrès social. Il a émis le vœu de voir cette proposition devenir le symbole de l’Unité de notre Nation pour laquelle ce combat politique est mené. Pour concrétiser cette désignation de l’opposition, les différents documents élaborés dans différentes réunions et ayant abouti à la cérémonie du jour lui ont été remis par le rapporteur du groupe et ses adjoints.

Remise de la carte de la Rd Congo à Tshisekedi pour symboliser la victoire

En outre, plusieurs leaders de l’opposition parmi  lesquels Joseph Olengha Nkoy, Dr Kabamba, Prof Mampuya, Eugène Diomi Ndongala, Ingele Ifoto, Roger Lumbala, Martin Fayulu, Jean-Claude Vuemba, Christian Badibangi, Chalupa et deux dames responsables des partis politiques se sont levés, à l’invitation du modérateur de séance, pour remettre au Président national de l’Udps la carte de la République Démocratique du Congo. Selon les explications fournies, ce geste symbolise la victoire de l’opposition politique, l’intégrité territoriale,  l’unité et le pouvoir du Peuple congolais pour lesquels l’opposition se bat et va gagner aux prochaines élections. Pour confirmer l’unité de l’opposition, une vingtaine de leaders des partis politiques, absents à Fatima, lors de la prise de la décision désignant E. Tshisekedi comme candidat commun, sont venus signer à leur tour pour officialiser leur adhésion à cette position. On a ainsi noté la signature de Joseph Olengha Nkoy des Fonus et Dr Kabamba de G14.

Auparavant, dans son introduction, le modérateur Lisanga Bonganga a brossé à l’intention expresse du « Candidat commun de l’opposition », le processus qui les a amenés à ce jour. Il a estimé que le candidat commun doit désormais être désigné sous le vocable de « candidat unique de l’opposition ». Il a précisé que désormais, tout problème politique de l’opposition devait être soumis à Limeté, chez celui que les leaders de l’opposition viennent de  désigner comme leur autorité morale. Il a évoqué le long travail qui a, dès le commencement associé toutes les sensibilités de l’opposition pour aboutir à production des textes qu’on a remis d’une manière officielle à l’autorité morale de l’opposition. Il a affirmé que les critères ayant abouti au  choix d’E. Tshisekedi comme candidat commun ont été rédigés par toute l’opposition politique qui les a acceptés. A ce sujet, il a noté la participation active du MLC et de l’UNC, malgré qu’à l’application des critères, ils ont préféré quitter la salle. Il a conclu que le choix de Tshisekedi est un choix fait réellement par l’opposition et aussi par le peuple qui n’a pas vu  mieux que lui pour la représenter à cette élection. Il a tenu à démentir tous ceux qui prétendent le contraire.
Jeudi 01 septembre 2011 : marche de l’opposition pour des élections transparentes  et crédibles

Pour terminer, Lisanga Bonganga a évoqué quatre correspondances que l’opposition politique, depuis le 25 juillet 2011, a  adressées successivement à la CENI, pour obtenir des élections transparentes, mais sans obtenir une réponse satisfaisante. En outre, la Ceni, selon lui, n’est pas disposée à faire auditer le serveur central et se comporte comme pour faire élire à tout prix le président sortant. La deuxième correspondance a été adressée à la Monusco dont l’attitude donnait à croire qu’elle voulait soutenir la candidature du président  sortant, et la troisième lettre était pour l’Ambassadeur des Etats Unis d’Amérique pour voir clair dans les félicitations injustifiées qu’il avait adressées à la Ceni, enfin, une quatrième lettre, une lettre ouverte, a été adressée au Président de la République pour dénoncer l’incarcération de plusieurs compatriotes qui voient leurs droits violés. Il s’agit de plusieurs combattants de l’Udps détenus dans les cachots de l’ANR et de la police ; de Mokia ; du Pasteur  Kuthino ; de Firmin Yangambi, de l’insécurité à  l’Est etc. Il a précisé qu’à la fin, on  a posé la question de savoir comment les élections crédibles et apaisées peuvent se tenir  dans un contexte de violation de droits humains.

Enfin, il a terminé par invité tous les partis politiques et leurs membres à participer à la marche initiée par l’Udps et qui doit être une marche de toute l’opposition. La rencontre est prévue le jeudi, 01 septembre 2011, à la permanence  de l’Udps, sur la 10ème Rue, à Limeté. L’objectif  visé est d’obtenir des élections libres, transparentes,  démocratiques  et crédibles et l’audit du fichier électoral qui n’inspire pas confiance.                         

RSK         

LEAVE A REPLY

*