Election : la bataille de la transparence

0
30

Le président de l’Omec, les acteurs politiques et les acteurs de la Société civile hier à la tribune du Renosec
L’atelier de réflexion sur la professionnalisation du cycle électoral en République démocratique du Congo  organisé par le Réseau national de l’observation et la surveillance des élections (Rénosec) s’est ouvert   hier mercredi dans une salle du Centre Handicapés sur l’avenue Huilerie, dans la commune de la Gombe. Pendant   trois jours, les participants vont réfléchir sur les stratégies  concernant l’observation  de prochaines élections dans ce pays à la dimension d’un continent.

Pour la première journée, sept intervenants ont  édifié les participants sur l’observation des élections. Atundu, cadre de la  Majorité Présidentielle a inauguré la série des exposé. Dans  son intervention, il a insisté sur la nécessité à tenir les élections dans les délais pour éviter une nouvelle crise de légitimité. Cet ancien Mobutiste  a invité les acteurs politique à la sportivité pour accepter le verdict des urnes. Selon lui la population  doit prendre en charge l’observation des élection en tant que souverain primaire.

 Le Directeur du fonds de société civile, Kimbanza,  a quant à lui insistés sur le mécanisme de financement  pour contribuer  au renforcement de la voix du citoyen à la rédevabilité. Il a souligné que ce Fond de la société civile  fera un plaidoyer auprès des partenaires pour soutenir l’observation des élections en en Rdc par la formation des témoins à déployer aux bureaux de vote sur l’ensemble du territoire national. Aussitôt après le président de l’Observatoire des Médias Congolais (OMEC), Polydor Muboyayi,  a éxposé sur le rôle de sentinelle que les médias doivent jouer pendant la période électorale pour dénoncer les antivaleurs (la corruption, la fraude).   L’éditeur du journal Le Phare a rappelé les règles sacrosaintes du métier du journaliste que le chevalier de la plume doit observer pour  sa sécurité.

Martin Fayilu de l’opposition qui a succédé au patron du quotidien de l’avenue Lukusa n’a pas eu la langue de bois pour dénoncer la machination du pouvoir  consistant à défavoriser les provinces qu’il considère comme hostiles dans la révision du fichier électoral. Ce député de la province de Kinshasa a appelé l’opposition à barrer la route à la fraude préméditée par la majorité actuelle au pouvoir. Selon lui, l’opposition a tout intérêt à s’investir pour la formation de ses témoins pour s’assurer la transparence du scrutin. Jean Baptiste Djondo de CADECEC et Estor Lubamba de L’EISA qui ont clôturé la série des interventions  ont réaffirmé la ferme détermination de leur structure à appuyer le processus par la formation citoyenne des électeurs. « Du choc des idées jaillit la lumière ». L’échange entre intervenants et participants a permis d’éclairer plusieurs lanternes.

ERIC WEMBA (Stg/IFASIC)

LEAVE A REPLY

*