Election du gouverneur du Kasaï Occidental : le RCD se déchire !

0
53

ça chauffe à Kananga ! Le torchon brûle au Rassemblement Congolais pour la Démocratie où trois candidats ont été présentés au poste de gouverneur de la province par chacune des tendances protagonistes. Mme TSHELA Campton pour le compte de l’aile Trésor KAPUKU, TSHITOKA Ngalamulume pour le compte de l’aile Ruberwa et KABASUBABO Katulondi pour une nouvelle aile qui n’a pas encore dévoilé ses couleurs. Trois ailes qui se regardent en chiens de faïence et qui sont prêtes à en découdre même dans la rue comme à l’époque où les partisans de Trésor KAPUKU avaient tenté en vain de s’emparer par la force du siège social du parti situé sur l’avenue du Haut Commandement dans une maison appartenant à Gabriel MOKIA qui croupit en prison pour avoir asséné des coups sur l’un de ses contradicteurs en direct d’une télévision locale.

 Est-ce à cause de ces déchirements que le calendrier de l’élection a été modifié? Rien n’est moins sûr. Mais toujours est-il que ces remous observés à ce niveau traduisent l’état d’esprit au sein d’un parti qui n’en finit pas d’étaler à la face du monde ses contradictions.

 Faut-il conclure que c’est à cause de ces déchirements que la tête de l’ancien gouverneur a été coupée sans état d’âme et dans l’indifférence totale ? On s’y attendait car les gaffes que cet homme avait déjà commises étaient de notoriété publique.
 
Divorce entre l’ex-AMP et le RCD ? 

 Selon des sources proches du RCD, c’est la famille politique se réclamant du chef de l’Etat qui a sorti de l’ombre la candidature de KABASUBABU Katulondi alors qu’il est de notoriété publique que ce dernier avait démissionné de son propre gré du RCD il y a plus d’une année. Cela, au cours d’une émission radiotélévisée, information récupérée le lendemain par les médias écrits de la place. On voit même qu’il a traversé la rue l’année dernière, dans la foulée de la sortie de son livre sur Joseph Kabila et les 5 chantiers. Les dirigeants du RCD sont d’avis qu’il s‘agit là d’un acte de provocation insupportable entre deux formations qui avaient conclu en 2006 un accord de partage des responsabilités au niveau du gouvernorat en ce qu’il revenait au RCD, minorité de blocage à l’assemblée provinciale, le poste de gouverneur. Celui du vice était attribué à l’AMP. Le RCD avait recouru aux mêmes stratégies à Matadi où le poste de gouverneur avait été confié à l’AMP tandis que celui de vice lui avait été donné. Une stratégie qui avait comme objectif d’écarter les candidats du MLC à Matadi et à Kananga.
 On s’achemine inévitablement vers une rupture entre les alliés d’hier avec ce que cela peut produire comme conséquences indicibles pour les autres postes, notamment au gouvernorat du Bas-Congo et surtout dans le Portefeuille de l’Etat. Le RCD, on le sait, a bénéficié des largesses incroyables au niveau des entreprises du Portefeuille avec des postes de Président et membres du Conseil d’Administration à la SNEL, FINA, REGIDESO, etc. et d’Adg à l’OFIDA et à l’OGEFREM. Une dizaine de généraux de Brigade et 35 colonels dans les FARDC occupant des fonctions de responsabilité dans les secteurs sensibles de l’armée nationale. Une moisson enviable qui démontre le doigté, la finesse et le pragmatisme de hauts responsables de ce parti allié au Rwanda. Mais jusque là rien n’est encore joué et tout peut arriver connaissant les capacités manœuvrières du tandem Ruberwa-Nyarugabo qui peut retourner la situation en leur faveur pour faire mordre la poussière aux ailes Kapuku et Kabasubabo. Et sauver l’alliance objective avec la famille politique de Joseph KABILA.

Omer MIJIMBU est tombé !    

 Coïncidences pour le moins troublantes ! C’est au moment où l’on fêtait la chute peu honorable de Trésor KAPUKU que celui qui l’avait mis en ballottage tout au début de son mandat à la tête de cette province vient de subir le même sort peu enviable. 29 députés provinciaux sur 52 ont voté sa déchéance samedi dernier. Le plus cocasse, est que ce sont tous des députés dissidents, toutes tendances confondues, qui ont chassé le président Omer MIJIMBU en portant à la présidence de l’assemblée provinciale  MIAKA Mia Milenge, ancien secrétaire général du ministère de la Santé et frère aîné du professeur Evariste BOSHAB Mabudj, président de l’assemblée nationale. Ce vote est intervenu au cercle privé de la Société Nationale des Chemins de fer de Kananga, car la salle des réunions de l’assemblée provinciale était fermée et entourée par des hommes en armes et en tenues.
 On espère que ces évènements ne vont pas plonger la province dans une confusion totale qui rappelle les épisodes tragi-comiques survenus à Kinshasa avec l’affaire Roger NSINGI qui a vu la Cour Suprême de Justice violer sa propre jurisprudence. Affaire à suivre.

F.M.   

LEAVE A REPLY

*