Election des membres du bureau de l’Assemblée nationale : la MP va désigner ses «opposants»

0
46

Initialement prévue pour ce mardi 10 avril, l’élection des membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale a été reportée au jeudi 12 avril.
La campagne électorale se déroulera du mardi 10 au mercredi 11 avril 2012, quand bien même elle n’a aucun impact sur la décision des votants. La Majorité Présidentielle a déjà reçu la consigne de rester soudée pour la victoire.

En parcourant la liste des candidats aux différents potes affichée aux murs du Palais du peuple, on voit qu’il n’y aura pas de bataille au niveau de quatre postes du bureau. On risquera à assister au plébiscite, parce qu’il n’y a qu’un candidat au poste, celui du ticket MP (Majorité Présidentielle). Il s’agit en fait des postes de Président, Rapporteur, Questeur et de Questeur adjoint où la MP a placé respectivement Aubin Minaku (PPRD), Norbert Ezadri Eguma (MSR), Elysée Munembwe (ARC), Kaboyi Bwivu (AFDC).

S’agissant des 3 postes restants, on constate la bousculade notamment de ceux qui sont sortis des rangs de l’opposition.  
Il s’agit des postes de : le 2ème vice-président et le Rapporteur adjoint où la majorité des postulants proviennent des rangs de l’opposition ou de ceux qui se réclament comme tels.

Quant à la première vice-présidence, si le cri de Toussaint Ekombe Mpetsi n’est entendu pour modifier le ticket comme l’élection vient d’être reportée, il n’y a pas doute que les choses se passeront de manière mécanique à l’instar d’autres postes où il n’y a qu’un candidat. Car, c’est le doyen Charles Mwando Nsimba qui se trouve sur le ticket MP.

Voici, par ailleurs, la liste complète des candidats à l’élection du bureau définitif :
– Président : MINAKU Aubin ;
– 1er vice-président : EKOMBE MPETSI Toussaint, MWANDO NSIMBA Charles ;
– 2ème président : ANZULUNI BEMBE, BADIBANGA NTITA Samy, KOMBO NKISI Timothée, PALUKU KAVULA André ;
– Rapporteur : EZADRI EGUMA Norbert ;
– Rapporteur adjoint : BASIALA MAKA Marie Thérèse, BEMBA NDOKWA Françoise, DANGBELE NGOTUGA Yvon, MILEMBA BUKASA Angélique, TSHIMANGA BUANA Jean pierre ;
– Questeur : MUNEMBWE TAMUKUMWE Elysée ;
– Questeur adjoint : KABOYI BWIVU.

Chacun pour soi… !
«Nous allons combattre de l’intérieur » ; c’est le nouveau slogan de ceux qui juraient haut et fort qu’ils militaient pour l’intérêt du peuple et qu’ils étaient prêts à consentir des sacrifices.
Ces opposants ayant choisi et l’autosatisfaction de leurs besoins personnels, dénonçaient hier de graves irrégularités et fraudes massives aux élections en fustigeant  le caractère nominatif des élus pour enfin siéger avec les « nommés » dans une assemblée apparemment illégale suivant leurs déclarations.  Comme on peut le constater, il y a tant d’opposants dans la bataille, alors qu’ils savent bien qu’ils n’ont aucune chance de l’emporter, tout étant déjà joué à l’avance.

Il est presqu’impossible que quelqu’un l’emporte face à une majorité dont on connait si bien le caractère mécanique à la législature passée. Et ce n’est pas l’actuelle majorité dont la plupart des membres savent comment ils le sont devenus, qui fera la différence !
C’est pourquoi il est temps que ceux qui se sont présentés comme opposants tout en sachant qu’ils sont parrainés par la MP, cessent de distraire l’opinion et affirment clairement qu’ils ont traversé la rue.
En politique, il faut parfois et surtout avoir le courage de soutenir ses opinions. Tout comme il en faut pour accepter son échec sportivement et se préparer à la prochaine bataille. Ça ne vaut pas la peine de jouer à l’hypocrisie, car personne n’est dupe, comme les politiciens ont tendance à le croire.

Chose curieuse, ceux qui disent avoir opté pour combattre de l’intérieur donnent l’impression de lutter chacun pour soi, et non pour l’intérêt du peuple parce qu’il n’y a pas aucune entente en vue d’une action commune, comme le témoignent leurs candidatures.

Comment expliquer que pour le poste de 2ème vice-président dont on a appris le week-end qu’il serait «verrouiller», on a deux candidats qui se réclament de l’Udps.
C’est le cas de Timothée Kombo Nkisi et de Samy Badibanga. Ce dernier sait très bien que celui qu’il a suivi bénéfice du parrainage de la MP ! A quoi joue-t-il ?
Pire encore, il y a trois membres du Mlc en lice pour le poste de Rapporteur adjoint. Il n’y a donc pas de coordination d’action, chacun lutte pour son compte.
Pour rappel, cette même situation avait été vécue lors du renouvellement du bureau de la législature passée à l’issue de la démission forcée de Kamerhe. Le ticket Mlc avait récolté des scores en dents de scie, allant de 75 voix pour le candidat président à 11 voix pour son candidat questeur adjoint. Or, le parti comptait, à lui seul, une soixantaine de députés.

Dom

LEAVE A REPLY

*