Election 2017 : Ntumba Luaba candidat à la présidence

0
116

Le professeur Ntumba Luaba, coordonnateur du mouvement citoyen « Débout congolais bâtissons », a annoncé le samedi 1er juillet 2017 en sa résidence, dans la commune de Limete, sa candidature à la présidence de la République pour décembre 2017. Devant la presse, il a indiqué qu’à travers sa candidature, il souhaite contribuer à une présence significative de la RDC dans la Région des Grands Lacs, en Afrique et dans le monde. Ce, en luttant contre la mauvaise gouvernance, la corruption, le manque de contrôle, l’impunité, et tous les autres maux et fléaux, par une gouvernance éthique et efficiente.
Une perspective, selon Ntumba Luaba, dans laquelle se situe l’action politique du Mouvement citoyen.

« …en toute humilité, conscient de mes possibilités mais aussi de mes
limites, je viens annoncer ma candidature à la présidence de la
République pour l’élection présidentielle prévue pour fin 2017 ;
élection que nous voulons respectueuse des délais convenus,
transparente, objective, sincère… Je le fais en me rangeant derrière
l’aspiration légitime du peuple qui n’attend plus que les élections»,
a-t-il expliqué.
Il a noté à cet effet que sans élections à échéances échues, il n’y
aura plus ni majorité ni opposition.
« Remettre le pouvoir au peuple en ce moment, c’est lui permettre de
choisir ses dirigeants. Référendum, révision de la Constitution ou
nouvelle Constitution: une telle prérogative légitimement ne peut
revenir qu’à la nouvelle mandature et à la nouvelle législature
bénéficiaire d’une légitimité fraiche et réelle, dans un temps dénué
de toute suspicion et de toute intention de manipulation
constitutionnelle. Le peuple n’attend plus que les élections pour
choisir ses nouveaux dirigeants et il a trop attendu. Allons aux
élections libres et crédibles, paisibles et dans les délais convenus
», a-t-il souligné.
Le coordonnateur de «Débout congolais bâtissons » a également exprimé
sa disponibilité pour une période n’excédant pas le temps d’un mandat,
afin de contribuer avec d’autres, à la refondation de l’Etat, dans la
promotion du genre et de la parité, puis laisser à la génération
suivante, à la jeunesse, la tâche de poursuivre l’œuvre entreprise de
reconstruction et de consolidation de l’Etat congolais, dans un
développement durable et solidaire.
Pour lui, l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2016 reste un de
ces moments historiques rares de dépassement de soi où le peuple a été
témoin de l’action commune pour des élections crédibles et apaisées,
un moment de fraternité et de convivialité pour le salut  suprême de
la Nation. Il n’est pas trop tard, a-t-il soutenu, d’en sauvegarder
les acquis. Un autre dialogue n’est ni indispensable, ni utile ; à
moins de vouloir perdre du temps encore à la Nation congolaise.
Se référant aussi au dernier message des évêques, le candidat
président a noté que le dernier appel de la Conférence Episcopale
Nationale du Congo ne peut qu’interpeller tout Congolais car la
souffrance collective ne peut laisser quiconque indifférent.

57 ans après indépendance, bilan globalement négatif
Le professeur Ntumba Luaba ne s’est pas empêché de dresser le tableau
de la situation actuelle de la RDC, 57 ans après son accession à
l’indépendance. De ce tableau sombre du pays et d’un bilan globalement
négatif de ces années de liberté, le candidat président a fustigé la
mauvaise foi des acteurs qui ont plongé le peuple dans l’impasse, sans
boussole ni repère. Une mauvaise foi, à l’en croire, qui se traduit
par le flou artistique entretenu par la CENI et le président de la
République qui ne semblent pas préoccupés par le respect des échéances
électorales.

Avant de donner son message, le professeur Ntumba Luaba a
commencé par s’acquitter de son devoir civique en tant que citoyen
congolais, sans lequel aucune candidature de sa part ne serait
possible. En compagnie de ses collaborateurs et des membres de «
Débout congolais bâtissons », le coordonnateur de ce mouvement citoyen
s’est fait enrôler dans le bureau de vote de l’école Enodi sur
l’avenue Cannas dans la commune de Limete.
Myriam Iragi