Eglise catholique et justice : Mgr Ambongo : « Le niveau de vie des Congolais est celui de 1930 »

0
50

Le président de la Commission épiscopale Justice et paix et évêque du diocèse de Bokungu- Ikela, Mgr Fridolin Ambongo n’est pas allé par le dos de la cuillère pour dresser le contexte de la tenue de la rencontre nationale des commissions diocésaines Justice et paix qui a démarré ses travaux hier lundi 22 mars 2011 au centre Theresianum dans la commune de Kintambo. « Faire justice c’est redresser ce qui est tordu, une situation tordue. Une situation tordue est une situation qui a cessé d’être juste, » a-t-il dit dans son homélie de la messe pour l’ouverture de la rencontre et lors de son allocution à l’ouverture des travaux.

 Il a rappelé le dernier message du comité permanent des évêques qui avait dit que « notre rêve d’un Congo plus beau qu’avant est un rêve brisé. » Il a signalé le fait que le niveau de vie des Congolais ressemble à celui des Congolais de 1930.
 Il a poursuivi en ces termes : « Malgré ses potentialités, ses richesses, la Rd Congo est considérée comme le pays d’un des peuples les plus malheureux du monde. L’épiscopat congolais, à travers la commission Justice et paix, tient à porter un message, à s’engager à côté du peuple afin de prendre le taureau par les cornes, lui tordre le cou, afin de redresser toutes les situations tordues dans notre pays. »

 La session qui commence se veut un outil entre les mains des animateurs de la Commission Justice et paix pour lutter et redresser les situations tordues en ce qui concerne l’éducation civique et le processus électoral, les questions sécuritaires, la culture fiscale, la lutte contre la corruption, les questions relatives à la dette et aux ressources naturelles.
 Il a particulièrement déploré, s’agissant des élections que les acteurs politiques congolais et africains refusent de tirer des leçons des élections organisées ici et là. Il y a toujours des conflits à l’issue des élections organisées de manière non transparente.  
 Cette rencontre nationale de la commission Justice et paix a pour thème : « Elections et questions majeures de gouvernance ». Ainsi, outre des questions liées au processus électoral, la rencontre va se pencher sur d’autres questions soulevées par l’évêque de Bokungu- Ikela.
 Pour la sœur Marie- Bernard Alima, secrétaire de la commission épiscopale Justice et paix, il s’agit de bâtir à travers cette rencontre un Congo respectueux des droits humains afin de mieux faire face aux futurs défis. Les autres questions retenues pour la rencontre l’ont été par le fait que des élections ne constituaient pas une fin en soi, mais doivent concourir à l’amélioration des conditions de vie.
 Le vice- président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Jacques Ndjoli a pour sa part déclaré que son institution s’engage à participer à l’émergence d’une société des droits avec des élections transparentes, libres et démocratiques.
 Devant éclaircir la lanterne des membres de la commission épiscopale Justice et paix sur les questions liées à la fiscalité, à la dette extérieure, à la lutte contre la corruption, le ministère des Finances prendra une part importante à ces assises. Le représentant du ministre des Finances  a rassuré la CENCO de l’intérêt que manifeste le ministère sur les activités de la commission épiscopale Justice et paix.
 La rencontre s’achève ce jeudi 24 mars et rassemble tous les responsables de 47 diocèses du pays qui ont été présentés par provinces ecclésiastiques
Jean-René Bompolonga
 

 

LEAVE A REPLY

*