ECOLE SUPERIEURE DE FORMATION DES CADRES : L’abbé Nshole aux finalistes « Vous avez l’obligation de faire la différence»

0
113

L’Ecole supérieure de formation des leaders de communion « Ecoforleaders », a clôturé  sa première année académique, il y a quelques jours.  La cérémonie de clôture officielle a eu lieu le samedi 14 juillet 2018 à la paroisse Sainte Anne, dans la commune de
la Gombe. Etaient présents à ce rendez-vous, le ministre de l’ESU, Stève Mbikay, le Secrétaire général de la CENCO, l’abbé Donatien Nshole, l’ambassadeur d’Italie en RDC, Alfredo Russo.

Visages rayonnants et accompagnés des membres de leurs familles, les
125 finalistes de l’Ecoforleaders étaient tous là.
Retenu sur la liste des invités l’abbé  Nshole a félicité la centaine
des finalistes ayant suivi les cours à Ndolo (siège de  cette école
post universitaire). Il a insisté sur le fait  que l’Ecoforleaders est
un cadre où la science est purifiée par l’éthique. «Finie la
formation. Votre mission commence. Dans notre société, il y a beaucoup
des problèmes et vous êtes appelés à faire la différence. Et faites le
bien au profit de vos frères. Il y a beaucoup des juristes en RDC,
mais ces derniers sont prêts à travestir les lois.
On ne compte pas non plus le nombre d’ingénieurs en chaussée en RDC,
mais la quasi-totalité de nos routes sont dégradées, a relevé
l’orateur.
Pour sa part, l’ambassadeur d’Italie en RDC, Alfredo Russo, a fait
ressortir le caractère particulier de  la journée de samedi 14 juillet
2018 aux finalistes, leur demandant  d’être exemplaires partout ils
vont se trouver, de remodeler la conscience nationale. «Vous devriez
être préoccupés par l’idée d’un Congo nouveau. La révolution des
mentalités est  le problème de l’élite», a indiqué le diplomate.
Bien avant cela, le professeur Jonas Shamwana,  a fait savoir
qu’Ecoforleaders dont il est le directeur général, est sous la tutelle
de l’ESU.  Déclinant les différentes filières organisées dans cette
école, il s’est attardé sur les objectifs de la nouvelle  école. Et
comme les antivaleurs ont la peau dure dans notre pays, tout est fait
pour que les leaders de communion formés à l’Ecoforleaders tournent
carrément le dos à la corruption, au tribalisme, au népotisme, au
clanisme pour promouvoir la culture de l’unité.  Les finalistes
d’Ecoforleaders  sont aussi appelés à promouvoir l’excellence dans
leur milieu professionnel et au finish contribuer graduellement à une
révolution culturelle dans notre pays.
Le ministre Stève Mbikay a loué l’initiative prise par le promoteur
de l’Ecoforleaders, et a fait savoir que la nouvelle  école est censée
contribuer à l’épanouissement de la RDC, dans la mesure où la
formation dispensée met l’accent sur les antivaleurs.
Reprenant en chœur le serment lu par leur encadreur principal, les
finalistes ont juré d’être des leaders non tribalistes, non
corruptibles et de militer pour un Congo meilleur.
On rappelle qu’Ecoforleaders tire ses origines lointaines des
Focolaris, mouvement d’obédience catholique créé en 1943 par
l’italienne Chiara Lubich, dont le message principal reposait sur la
fraternité universelle. Focolaris est présent dans plus de 180 pays.
En 2016, des opérateurs politiques de différents pays, congolais
compris, s’étaient retrouvés à Rome. S’inspirant du message de Chiara
Lubich, ils avaient lancé le mouvement politique pour l’unité « MPU »
pour faire la politique autrement.

Jean- Pierre Nkutu