Ecole Doctorale Math-Info de l’Unikin : Mbikayi met fin à la confusion

0
348

L’Ecole Doctorale Mathématiques-Informatique de l’Université de
Kinshasa, qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive pendant deux
ans, à cause de son fonctionnement anarchique et de la délivrance des
titres de doctorat et de diplômes d’études approfondies en totale
illégalité, est appelée à fermer ses portes dans un bref délai. Selon
des sources proches du cabinet du ministre de l’Enseignement Supérieur
et Universitaire, une lettre de rappel à l’ordre a été adressée
dernièrement au Recteur de l’Université de Kinshasa, avec copies à la
Secrétaire générale à l’ESU, au Directeur des Services Académiques de
l’ESU, au Secrétaire général Académique de l’Unikin, au Doyen de la
Faculté des Sciences de l’Unikin ainsi qu’au Chef de Département des
Mathématiques et Informatique de la Faculté des Sciences de l’Unikin,
pour le « respect des textes réglementaires pour les soutenances des
thèses et la délivrance des diplômes d’études approfondies en
Mathématiques/Informatiques ».

Stève Mbikayi a fait savoir aux différents destinataires de sa lettre
que des informations en sa possession, faisaient état de l’existence
des structures parallèles à la Faculté des Sciences de l’Université de
Kinshasa, qui fonctionnaient en violation de l’Arrêté ministériel du
22 décembre 2015 et de l’Instruction Académique du 06 octobre 2016. Il
leur a rappelé que ces deux textes ne reconnaissent que « les
Départements et Facultés comme organes d’enseignement et de recherche
au niveau du 3me Cycle ».
Le ministre de tutelle a cité nommément l’Ecole Doctorale des
Mathématiques et Informatique » de l’Unikin, accusée de continuer
d’inscrire des candidats au Doctorat au Diplôme d’Etudes Approfondies
et de procéder aux collations de grades académiques sus évoqués.
L’intervention du ministre de l’ESU est jugée d’autant salutaire par
les vrais amoureux de la science et du savoir en regard du génocide
intellectuel qui était en marche au niveau de l’Ecole Doctorale
Mathématiques/Informatiques, transformée en véritable dépotoir par un
groupe d’intellectuels mus par des intérêts égoïstes. On ne cessait de
s’interroger au sujet de l’opportunité de cette structure parallèle,
dans la mesure où les prétendants au Doctorat et au DEA avaient la
latitude de s’adresser soit à leur Département de tutelle, soit
directement à leur Faculté.
Pourquoi s’amusait-on à contourner ces deux structures légales et
autorisées, si l’intention des candidats aux études
post-universitaires en mathématiques et informatique était réellement
de rechercher l’excellence ? On pense que des compatriotes sans
scrupules se sont organisés pour tirer cette discipline scientifique
vers le bas, en y injectant des candidats qui accuseraient sûrement de
graves insuffisances dans cette filière. Le résultat de cette anarchie
ne pouvait être que la descente aux enfers des Mathématiques et
Informatique et la démobilisation de ceux qui se battent pour que
cette discipline scientifique obéisse aux standards internationaux. Il
est à espérer que la réaction positive de Steve Mbikayi à l’alerte à
la dévaluation de cette filière, ne va pas connaître le sort de la
réforme de feu son prédécesseur Mashako Mamba, dont la chasse aux «
ligablos » universitaires avait tourné court, à cause du business
ayant élu domicile à l’ESU. Mais si la formation de haut niveau est
sacrifiée sur l’autel de l’argent, n’est-ce pas que l’avenir du pays
est compromis. Un sage disait à ce propos que si vous voulez causer la
perte d’un pays, « tuez simplement son enseignement ».                  Kimp
-0-