Echangeur de Limete : un mort et des piétons braqués

0
31

En dépit d’une forte présence policière dans un rayon de près d’un kilomètre, l’Echangeur de Limete est devenu le champ de prédilection de banditisme. Des malfaiteurs qui savent que le secteur n’est pas bien quadrillé, et que certains tronçons du boulevard Lumumba sont inachevés, y opèrent souvent des braquages dès la tombée de la nuit. Une façon de narguer les unités de la police basées dans cette partie de la commune de Limete. Il y a le Groupement mobile d’intervention Est ( G.M.I. Est) et le bataillon de la Police de recherche et d’investigations ( P.R.I.).
La semaine dernière, on a découvert un matin, à cette place, le corps d’une vendeuse de pains en état de grossesse, que les bandits avaient tuée et abandonnée.  Non loin du cadavre, traînait encore sa bassine de pains. 

Selon des membres de famille éplorés, la jeune dame disposait de quelques billets de banque, afin d’effectuer la commande des pains du jour. Elle n’atteindra pas la boulangerie. Après cette agression, les inciviques se sont évanouis dans la nature. 
Des jours auparavant, ces délinquants avaient arraché le sac d’une dame qui avait emprunté ce passage. Ce sac à main contenait la somme de 150 dollars et 10.000 FC, ainsi que ses pièces d’identité et autres effets personnels
Le samedi 2 juin, vers 20 H, un journaliste du Phare qui regagnait son domicile, en compagnie de son épouse, en traversant le secteur, a été agressé par une bande des malfaiteurs embusqués dans les herbes hautes qui bordent le passage à niveau.             
Dernièrement, la voiture que conduisait le pasteur d’une église de réveil avait ralenti de vitesse au niveau du tronçon du boulevard Lumumba, non achevé. C’est en ce moment qu’un malfaiteur surgi de nulle part, s’est précipité sur le véhicule et a tenté de sortir l’enfant assis sur le siège arrière. L’épouse du pasteur a alors incité ce dernier à accélérer son engin. Déséquilibré, le mécréant a lâché prise.

Toutes ces agressions se déroulent entre 20 et 2 heures du matin. Et ce, pendant que le trafic est encore intense. L’opinion nationale se pose alors une série des questions. Qui sont ces malfaiteurs qui s’aventurent dans le périmètre réputé  sécurisé par le Groupement mobile d’intervention Est et la P.R.I. ? Pourquoi ne sont-ils pas traqués depuis que de nombreuses plaintes sont formulées contre l’insécurité qui y a élu domicile ? Agiraient-ils avec la connivence de quelques éléments incontrôlés de ces deux unités ?
Autant des questions qui interpellent la hiérarchie de la police nationale.

Pour des observateurs, ces agressions devraient rappeler aux policiers, leurs principales missions qui sont celles d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, ainsi que celles la prévention des crimes et de la lutte contre le banditisme.
Dans un tel secteur, la protection des citoyens aurait pu être maximale. Malheureusement, l’Echangeur de Limete est devenu un lieu de passage coupe-gorge.
Il revient aux responsables de ces deux unités précitées, d’organiser des patrouilles, sinon la couverture sécuritaire de lieux.
Ensuite, les entreprises de génie civil chargées de la réfection du boulevard Lumumba, devraient pour leur part, accélérer la fin des travaux qui n’ont que trop duré au niveau des tronçons bordant l’Echangeur de Limete.

         J.R.T. 

LEAVE A REPLY

*