Echanges culturels : Des belges et « belgicains» «exhument» Panda Farnana

0
46

L’élue Bruxelloise d’origine congolaise de la commune de Saint Josse, Dorah Ilunga, Fabrice Pembele et Lamine Djigo, deux Bruxellois d’origine africaine domiciliés à Josse ainsi que des Kinois Michael Kazadi, Bobo Flash…de l’asbl « Moyindo » étaient hier mardi 6 septembre 2011 face à la presse. Ce face à face a eu lieu à la Wallonie Bruxelles International « WBI ».

La conseillère communale Ilunga, Fabrice Pembele et son ami Lamine ont quitté la RDC hier. Entourée de Kazadi et de ses deux amis, ils nous ont expliqué la raison de leur passage au Congo Kinshasa, mais aussi du déplacement de ces cinq jeunes gens au Bas- Congo…
Des Belges d’origine africaine éprouvent de sérieux problèmes en Belgique. Ces « Belgicains » se plaignent de la discrimination, de la difficulté de se caser.
Ils souffrent également de l’acculturation. A la longue, certains d’entre eux se retrouvent dans la rue. Il n’est pas rare de voir certains « laissés pour compte » se plaindre auprès de Dorah Ilunga.

Fabrice Pembele s’intéresse de près à ce genre de situation. Ayant suivi des cours d’éducateur social, il lui arrive de faire de la médiation pour « réconcilier » des parents et leurs rejetons.  Des Congolais émigrés en Belgique croient devoir régenter leurs rejetons devenus majeurs. Cela ne réussit pas souvent, a précisé l’élue bruxelloise lors de cette conférence de presse.

En parrainant le séjour de Fabrice et Lamine au Congo Kinshasa, elle a voulu simplement favoriser les échanges entre kinois restés au pays et leurs compatriotes émigrés en Belgique. Faire prendre connaissance aux kinois des dures réalités censées les attendre en Occident, et les amener aussi à prendre leur destin en main.
Et de souligner que Paul Panda, né au Bas- Congo au 19 ème siècle est un exemple de courage et d’abnégation. Employé comme domestique chez lui au Bas-Congo, il eût la chance de suivre des Blancs en Belgique à l’âge de 30 ans . Universitaire, il fut le premier noir à s’adresser au parlement belge. Il mourut à 36 ans. Son buste se trouve dans le musée de Tervuren, a-t-elle souligné.

Les belgo-congolais et leurs amis kinois ont composé et enregistré une chanson en mémoire de l’universitaire Panda Farnana. Avant d’en arriver là, ils se sont rendus dans la ville portuaire et même dans d’autres coins du Bas –Congo pour en savoir un peu plus sur cet universitaire congolais.
Dans « Héros national », ces vedettes en herbe ont voulu montrer que tout homme est capable de se dépasser, et même laisser à la postérité de grandes choses en peu de temps. Pembele a dit avoir appris beaucoup de choses pendant les sept jours passés ici. Il n’oubliera jamais l’image des enfants jouant au foot pieds nus, ou encore des gamins, sourire aux lèvres, offrant des oranges et autres produits aux vendeurs potentiels.

« Cela fait mal de voir un père de famille de six enfants toucher 54 000 francs congolais à la fin du mois », a lâché Pembele.
Kazadi et consorts ont indiqué à leur tour avoir retenu beaucoup de choses. « Nous travaillons dans de mauvaises conditions. N’avons pas la notion du temps, le respect de la parole donnée ou même le souci de faire un travail de qualité », a-t-on entendu de la bouche des kinois.
De passage dernièrement à Bruxelles, Michaël Kazadi a rencontré Ilunga. Ils ont échangé sur la possibilité de faire venir des « belgicains » en RDC. A son tour, la conseillère communale en a fait écho à Fabrice.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*