Echange de vœux à l’UNADEF : Mwando préconise la fermeté contre les «Bakata-Katanga»

0
69

50000000Cadres et militants de l’Unadef (Union Nationale des Démocrates Fédéralistes) se sont donnés rendez-vous le samedi 1er février 2014 en début d’après-midi à la Place Ymca, à Matonge, dans la commune de Kalamu, pour l’échange des vœux. Très attendu sur les lieux, le président national de ce parti, Charles Mwando Nsimba, par ailleurs 1er Vice-président du Bureau de l’Assemblée nationale, a reçu les vœux de Mme Kahumba, présidente de la Fédération de Kin-Ouest, Didier Folo, 1er vice-président de Kin-Est et de Mme Florentine Soki Fwani Eyenga, 1ère vice-présidente nationale. Cette dernière a remis à l’«Autorité morale », en guise de cadeau, une statuette représentant un messager. Selon Soki Fwani, celui-ci devrait servir d’éclaireur à Mwando Nsimba pour l’aider à communiquer le plus de messages possibles à la « base », en prévision des enjeux politiques et échéances électorales à venir.

            En réponse aux vœux lui adressés, le président national de l’Unadef a démarré par un vibrant hommage aux FARDC, victorieuses du M23 en fin d’année dernière, et à leur commandant suprême, Joseph Kabila, dont la combinaison des solutions politiques, diplomatiques et militaires a permis de vaincre les ennemis de la paix du Congo. En cette même occasion, il a salué la mémoire du général Mamadou Ndala, mort en « héros national » pour la cause de la paix. Il a en appelé à la consolidation de ce succès militaire par l’éradication de tous les groupes armés – ADF/Nalu, FDLR, Mai-Mai – réfractaires aux exhortations au désarmement et à la démobilisation.

            Parlant de la nébuleuse Bakata-Katanga, qui se signale par un activisme néfaste dans plusieurs contrées du Katanga et même à Lubumbashi, il a préconisé la fermeté de la part du gouvernement central pour neutraliser ses combattants et commanditaires en vue de rétablir l’autorité de l’Etat sur l’ensemble de la province. Il a particulièrement recommandé le ratissage de la ville de Lubumbashi et ses environs mais aussi d’autres parties du Katanga troublées par les incursions de ce groupe armée, de manière à rassurer les autochtones et les investisseurs, afin d’éviter une catastrophe socio-économique dans cette province.

 Il a toutefois encouragé la campagne de sensibilisation à la paix, à la fraternité et à la cohésion entre communautés katangaises, amorcée depuis la semaine dernière par quelques notabilités katangaises (NDLR : Baudouin Banza Mukalay,  Jean-Claude Masangu, Gabriel Kyungu, Dr Kisula Ngoy, Mgr Ntambo, Félix Kabange Numbi, Martin Kabwelulu, Nkulu Kilombo, Mbuyu Mukole).

            Abordant le chapitre des Concertations nationales, Charles Mwando a insisté sur le diagnostic exhaustif établi à cette occasion au sujet de la situation sécuritaire, politique, économique, financière et sociale du pays et les recommandations adressées au Chef de l’Etat en vue d’y apporter les correctifs requis. Selon l’orateur, l’Unadef et sa plateforme, l’ARD, sont d’ores et déjà en ordre de bataille pour figurer en bonne position dans le futur gouvernement de cohésion nationale, en attendant de faire une démonstration de force lors des élections locales, urbaines, provinciales, sénatoriales et des gouverneurs de provinces.

Vieux routier de la politique et élève de la grande école de la démocratie, Charles Mwando Nsimba a fait savoir aux cadres et membres de l’Unadef que ce sont les statuts révisés l’année dernière qui régissent désormais le fonctionnement interne du parti, du sommet à la base. La restructuration, a-t-il dit, est un exercice permanent dans tout parti politique qui se respecte. D’où, il a recommandé aux agitateurs de se calmer. Car, s’agissant de l’exercice de responsabilités, chacun devrait être récompensé selon ses mérites.

            Mais lorsqu’il a rappelé le respect du quota de 30 % fixé par le législateur pour la représentation féminine au sein des organes du parti et des institutions de la République, les femmes de l’Unadef présentes à la Place Ymca ont failli crever les tympans de tous par des ovations assourdissantes. Le mot de la fin a été l’exhortation de tous les cadres et membres du parti à se mettre en ordre de bataille électorale, afin d’accroître le poids politique de l’Unadef au sein de la Majorité Présidentielle.

                                   Kimp

LEAVE A REPLY

*