Ebola : l’OMS dans l’arène de la riposte

0
61

Face à la confirmation de la maladie à virus Ebola en RD Congo, particulièrement dans le territoire de Boende dans la province de l’Equateur, Valentin Mukinda, épidémiologiste chargé des urgences à l’Organisation mondiale de la santé(OMS), est montée au créneau, hier mercredi 27 août 2014, pour éclairer l’opinion sur les mesures préventives prises par son organisation pour contenir cette affection. « Il y a peu de crainte de menace sur Kinshasa… » a-t-il rassuré, lors du point de presse hebdomadaire de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation de la RDC. 

            En effet, le médecin a souligné que bien avant la déclaration faite par le ministre de la Santé Publique, le dimanche dernier, une réunion de crise a été tenue pour la prévention de la maladie, en présence des partenaires et des hauts fonctionnaires des ministères de la Santé Publique, de l’Intérieur & Décentralisation, ainsi que des Transports & Communications. Au regard de la progression de la maladie en Afrique de l’Ouest, sa déclaration en RDC, et suite à la proclamation de la directrice générale de l’OMS classant cette épidémie au niveau III des urgences de santé publique, la RDC a renforcé les mesures sanitaires de surveillance et de prévention au niveau de  ses principaux points d’entrée (aéroports et ports internationaux).

Parmi les mesures de prévention annoncées, il y a lieu de citer, entre autres, la mise en place d’un screening médical des voyageurs ; l’installation prochaine d’un scanner thermique ainsi que des thermomètres à laser dans les principaux aéroports internationaux de la RDC (N’djili, à Kinshasa, Luano, à Lubumbashi, Bangboka à Kisangani etc.); la vérification des stocks physiques de kits de protection disponibles dans les toutes les provinces et zones de santé de la RDC ; l’identification des structures sanitaires de référence de la capitale pouvant recevoir un cas suspect éventuel de la maladie à virus Ebola. Il s’agit de: l’Hôpital général provincial de référence, ex-MamaYemo, l’Hôpital Biamba Marie Mutombo, l’Hôpital de l’Amitié Sino-Congolaise, l’Hôpital Mama Mobutu de N’djili, l’Hôpital de référence de Kinkole, la Clinique Ngaliema et le Centre Médical de Kinshasa;

            Il a aussi annoncé le renforcement des capacités de l’INRB avec l’appui de l’OMS pour l’analyse des échantillons suspects; la modification de l’ordre opérationnel de positionnement des services  à l’aéroport international de N’djili, en vue de permettre notamment aux agents du PNHF d’avoir accès à l’aéronef en cas d’un cas suspect, la consultation des fiches conseils des voyageurs et l’obligation à tout voyageur débarquant à remplir une fiche sanitaire d’accueil.

Au sujet de la collecte financière dont le besoin de la RDC s’élève à 4,5 millions USD, le Dr Mukinda a renseigné qu’au-delà de la contribution du gouvernement de la RDC à hauteur de 1,5 millions USD, le pool found des Nations-Unies va contribuer pour 1,5 millions USD. Alors que le mécanisme de défense apprête 1,5 millions USD, l’Unicef pour sa part réserve 200.000 USD. Quant à la Banque Mondiale, elle a fait une promesse mais pas encore chiffrée. Le PNUD a aussi fait un appel de fond de 200.000 USD, a-t-il révélé.

Il convient de noter, à sa suite, que l’OMS travaille en étroite collaboration avec le gouvernement et les partenaires de la santé pour identifier les besoins urgents en vue de renforcer les mesures de prévention et le système de préparation face à la menace que représente la maladie à virus Ebola.

TshiekeBukasa

LEAVE A REPLY

*