Ebola : 3 personnes en isolation à l’hôpital d’Isiro

0
38

 

Une équipe d’urgence de Médecins Sans Frontières(MSF) continue à lutter contre l’épidémie d’Ebola qui sévit dans la Province Orientale en République Démocratique du Congo (RDC) et qui a déjà fait 15 victimes. Dans un communiqué de presse parvenu hier lundi 10 septembre à la rédaction du journal Le Phare, les animateurs de cette institution humanitaire soulignent que trois personnes sont encore en isolation à l’hôpital d’Isiro, dans la Province Orientale, qui est l’épicentre de l’épidémie. « Le dernier cas confirmé a été admis au centre de traitement le 2 septembre », a expliqué Olimpia de la Rosa, coordinatrice d’urgence pour MSF. 
 
Le fait qu’il y ait eu de nouveaux cas confirmés du virus Ebola, la semaine dernière suggère que l’épidémie est loin d’être terminée. En effet, une zone ne peut être déclarée officiellement indemne de fièvre Ebola que 42 jours après que le dernier cas a été confirmé.
Une équipe MSF de 80 personnes travaille actuellement en collaboration avec le ministère congolais de la Santé et d’autres organisations pour prendre soin des patients, faire la recherche active des cas ainsi que le suivi des contacts, prévenir la propagation de la maladie et mener des activités de promotion de la santé.
Le personnel de MSF forme les agents de santé congolais à détecter les symptômes du virus Ebola, et fournit une aide psychosociale aux patients et à leurs familles. Ebola est une fièvre hémorragique virale sans traitement ni vaccin spécifiques, et avec un taux de mortalité allant de 20% à plus de 80% selon la souche de la maladie.
MSF est également intervenue sur une flambée d’Ebola fin juillet dans l’ouest de l’Ouganda. Cependant, les deux épidémies sont sans rapport car c’est d’une souche différente du virus dont il s’agit. L’intervention d’urgence de MSF avec le ministère ougandais de la Santé en district de Kibaale a été une réussite et l’épidémie tend à sa fin, aucun nouveau cas n’ayant été détecté depuis le 4 août.
 
La plus grande sensibilisation requise
 
 Il convient de souligner qu’au moment où les autorités sanitaires de la Province Orientale soutiennent que l’épidémie du virus Ebola est notamment favorisée par une pratique traditionnelle locale consistant à laver les dépouilles avant leur inhumation, quinze personnes ont déjà perdu la vie depuis le début de l’épidémie, qui s’est déclarée à la mi-août.
Des spécialistes médicaux estiment qu’une importante campagne de sensibilisation s’impose afin d’encourager les gens à faire preuve d’une extrême prudence au moment de laver les corps des victimes du virus Ebola avant l’inhumation. La maladie se transmet entre humains par contact direct avec le sang et les sécrétions, incluant la sueur. 
Bien qu’il s’agisse d’une neuvième épidémie d’Ebola à sévir en RDC, c’est la première fois qu’une telle situation se produit dans le district du Haut-Uélé, situé au nord-est de la RDC. Le virus Ebola est incurable et mortel dans 40 à 90 pour cent des cas. Il cause notamment de graves hémorragies internes.
 
Tshieke Bukasa & Falonne Mwanza (stagiaire Ifasic)

LEAVE A REPLY

*