Eau et électricité : la RDC opte pour le programme «énergie durable pour tous»

0
234

regideso et snelLa République Démocratique du Congo vient d’élaborer un rapport sur l’état de sa politique énergétique. C’est dans le cadre de « l’Initiative Energie pour tous en 2030 » que ce rapport a été réalisé. A cet effet, un atelier de partage et de validation technique sur l’énergie durable pour tous a été organisé, sous le thème « Evaluation rapide et analyse des Gaps de la RDC » à l’intention de quelques experts dudit secteur. Cette séance de travail a eu lieu le jeudi 15 août à l’hôtel Sultani dans la commune de la Gombe. La cérémonie d’ouverture était présidée conjointement par Bruno Kapandji, ministre des Ressources Hydrauliques et Electricité et Adama Coulibaly, directeur pays du Pnud.

 Cette rencontre avait pour but d’étudier, analyser et valider le rapport élaboré par des experts. Il fallait examiner les forces et faiblesses du secteur des ressources hydrauliques. Car, le pays s’est engagé à répondre positivement à la Résolution 65/151 de l’Assemblée générale des Nations Unies pour l’année 2012, définie comme «Année internationale de l’énergie durable pour tous». A cet effet, la République Démocratique du Congo s’était décidée à mettre en œuvre cette politique mondiale en lançant l’opération «Construction de mille villages modernes» ce qui veut dire des villages ayant des ressources potentielles et permanentes en eau et électricité, a martelé Bruno Kapandji Kalala, ministre des Ressources Hydraulique et Electricité.

         Dans son allocution, Adama Coulibaly, directeur pays du Programme des Nations Unies pour le Développement a souligné que l’accès fiable à un coût raisonnable à l’énergie moderne est un moyen de participer au développement humain en allégeant la charge aux femmes, en améliorant l’accès  aux services, en apportant de l’électricité aux micros entreprises. Cette politique va rendre aussi l’agriculture plus productive. Et, elle permet d’attirer les investissements dans des secteurs, susceptibles de créer des emplois décents pour les Africains en général et les Congolais en particuliers.

En effet, des études démontrent que sur le plan mondial, une personne sur cinq n’a pas accès à un réseau d’électricité  moderne et près de trois milliards de personnes dépendent des combustibles traditionnels tels que le bois, le charbon, les déchets végétaux et animaux pour cuisiner et chauffer. En dépit de la situation mondiale, les Congolais de la République Démocratique du Congo vivent dans une ptécarité intense en matière d’eau et d’électricité.

         Etant donné que l’initiative «Energie pour tous» a pour objectif : d’assurer l’accès universel aux services énergétiques modernes ; de doubler le taux global de desserte énergétique mondial pour atteindre au moins 30% de l’offre d’énergie, les participants à cet atelier ont formulé plusieurs recommandations :

– éclater le coût et l’offre du projet;

– rendre l’efficacité énergétique globalisante sur la demande de la population;

– procéder au regroupement des villages.

Dorcas NSOMUE

LEAVE A REPLY

*