E.P.S/INC : sur ordre du Chef de l’Etat, la MESP installée à Mbandaka

0
266

joseph kabilaIl est difficile de contredire une évidence de bienfait, particulièrement parmi les enseignants qui, par définition, sont des intellectuels. La Mutuelle de santé des Enseignants du secteur public de l’EPS/INC (MESP en sigle) – fruit d’un partenariat agissant entre le Gouvernement de la République et les Syndicats de ce sous secteur éducatif – s’impose actuellement comme une évidence ici en Rd Congo par la prise en charge des soins de santé de ses affiliés et de leurs familles. Dès lors il convient de bien appréhender la grande joie qui s’est emparée des enseignants de l’Equateur en général et de Mbandaka en particulier, le 25 février 2016, sous un soleil d’aplomb, lors de la manifestation organisée pour l’inauguration et le lancement officiel des activités de la MESP/Mbandaka.

Prenant la parole à cette occasion, Maker Mwangu Famba, ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS/INC) a rappelé la vision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange qui cherche à tout instant à faire de notre pays un pool d’intelligence et d’émergence en Afrique ; une vision qui passe par la formation de l’homme, donc par un enseignant en bonne santé et motivé. Il a expliqué que la concrétisation des instructions du Chef de l’Etat a conduit le Gouvernement, en partenariat avec l’Intersyndical des syndicats de l’EPSP, à s’occuper de la prise en charge des soins de santé des Enseignants du secteur public de l’Enseignement en mettant sur pied la Mutuelle de santé des Enseignants (MESP).

Créée le 20 février 2010 et devenue fonctionnelle en Novembre 2011, la MESP totalise à ce jour quatre années de fonctionnement et d’expérience de prise en charge médicale de ses affiliés dans la Ville-Province de Kinshasa et deux années dans la ville de Lubumbashi, Kipushi et Kafubu. L’enseignant est reçu dans les formations sanitaires et les hôpitaux avec dignité, comme un patient solvable qui paie ses soins par le remboursement des frais effectué par la MESP. Maker Mwangu a estimé que les résultats obtenus sont encourageants et poussent à relever un autre défi pour respecter le choix du Chef de l’Etat ; celui d’installer la MESP à Mbandaka dans la Province de l’Equateur. Il a justifié ce choix par le fait que le Président de la
République  considère cette province  comme viable et méritant une attention soutenue. En outre, il a soutenu que dans ce secteur et dans les jours à venir, le Gouvernement est obligé de respecter toute la
volonté du Chef de l’Etat, en installant la MESP sur l’ensemble du territoire national. Il a conclut en montrant qu’en définitive, cette mutuelle finance même le secteur de la santé : rien qu’en considérant le nombre d’enseignants et personnes à charges soignés au cours d’une année on comprend mieux l’activité que la MESP crée parmi ses partenaires. Les hôpitaux reçoivent des patients qui paient pour leurs soins, les centres d’imageries médicales et radiologie tournent, les pharmacies de même, etc.

Commandant des opérations de la vision du Chef de l’Etat dans le secteur éducatif

Dans son mot de circonstance, le commissaire spécial de la Province de l’Equateur, Roger Mwamba, a noté que l’installation de la MESP à Mbandaka est un opportunité pour certains de ne plus douter de l’implication du Chef de l’Etat pour l’amélioration des conditions de vie de la population. Par ailleurs, il a constaté que ce lancement de
la mutuelle fait partie des actions visibles qui entrent en ligne de mire des préoccupations du Président de la République. Il a qualifié Maker Mwangu Famba d’être le commandant des opérations de la  vision du Chef de l’Etat dans le domaine de l’Enseignement et prédit que l’installation de la MESP a Mbandaka était un signal précurseur pour son arrivée dans d’autres cités et territoires de la Province. Enfin, il a demandé à la population de Mbandaka de bien entretenir ces nouveaux bâtiments et d’éviter la casse. Il a exhorté les médecins, les paramédicaux et autres personnels commis à la MESP à travailler avec une pleine conscience professionnelle, avec un sens de rationalité par rapport aux prescriptions des médicaments, parce que ceci permettre un afflux importants des affiliés

Le représentant des syndicats d’enseignants de Mbandaka, Mukadi N’Kashama, a rendu un vibrant hommage au Chef de l’Etat – en signe de satisfaction et de remerciements des enseignants – qui a ordonné cette installation de la MESP à Mbandaka. Pour lui, l’utopie d’hier s’est muée aujourd’hui en une réalité vécue : désormais, les enseignants de Mbandaka et leurs familles bénéficieront des soins de santé de qualité grâce à la MESP et au choix du Président de la République. Et il a signalé que les Mongo disent : « Bokila lokondo efala pekato » pour ainsi dire que « le choix privilégié n’est pas un péché ». Il a aussi rappelé que les mêmes soucis de la qualité de l’Enseignement dans notre pays a conduit les autorités de notre pays à adopté le Plan Intérimaire de l’Education (P.I.E.). On comprend alors, a-t-il conclut qu’on ne peut avoir la qualité sans mettre à l’abri des vicissitudes sociales l’opérateur pédagogique qui est le moteur du développement harmonieux de la jeunesse.

Enfin, le Président du Conseil d’Administration de la MESP, Guy Mafuta, avait auparavant souhaité la bienvenu à tous ses invités. Il a noté que le lancement officiel des activités de la MESP dans la ville de Mbandaka est un évènement important dans la longue route de la prise en charge des soins de santé des Enseignants et de leurs
familles par une couverture médicale appropriée. Il aussi noter la ferme volonté du Chef de l’Etat qui s’est engagé résolument dans l’amélioration des conditions de vie des Congolais en plaçant le social comme priorité. Il s’est dit convaincu qu’un homme en bonne santé travaille, produit et développe son milieu. Il a souligné que le principe cardinal sur lequel fonctionne la MESP est la cotisation obligatoire par une retenue à la source (c’est une assurance maladie obligatoire) et une subvention substantielle et croissante de l’Etat au titre de cotisation sociale permet à la MESP de fonctionner.

SAKAZ