E. Cole arrêté après avoir primé J. Kabila et E. Tshisekedi

0
25

Le président de la Fondation Bill Clinton pour la Paix (FBCP), Emmanuel Adu Cole, a été cueilli par les éléments de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR), lors d’un point de presse qu’il tenait à l’Hôtel Matonge, le mardi 12 avril 2011 dans la commune de Kalamu. Il a été interpellé en pleine lecture des résultats d’un sondage d’opinion réalisé par son organisation. Ce sondage avait pour base un questionnaire auquel les sondés ont répondu. La FBCP a décidé de primer le 26 mai 2011, les cinq premiers de chaque catégorie par la remise d’un brevet honorifique.

C’est ainsi qu’on retrouve le président Joseph Kabila dans deux catégories. Dans la première catégorie concernant les personnalités tant politiques que civiles qui ont lutté et continuent de lutter pour la paix et la démocratie en Rd Congo il est 3ème (avec 10,25%) parmi les 13 personnalités citées par les sondés à côté d’Etienne Tshisekedi (1er avec 15,5%) ; Mgr Laurent Monsengwo Pasinya (2ème avec 10,75%) ; Sénateur Jean Pierre Bemba (4ème avec 10%) et Vital Kamerhe (5ème avec 9,375%). 

Dans la septième catégorie concernant les présidents en  fonction qui travaillent pour le bien-être de leurs populations respectives, pour la promotion des droits de l’homme et la démocratie, il est classé 5ème (avec 7,16%) sur une liste de 16 chefs d’Etats, aux côtés de Barack Obama (1er avec 10,6%) ; John Atta Mills (2ème avec 10,06%) ; Amadou Toumani Touré (3ème avec 10%) et Denis Sassou Ngessou (4ème avec 9,6%). Par ailleurs dans la 8ème catégorie, son épouse, Maman Olive Lembe occupe la 2ème place (avec 19,8%) sur une liste de 6 hommes et femmes d’affaires qui ont lutté  et continuent à lutter pour la paix, les droits de l’homme et la démocratie en Rd Congo. Elle est avec Adam Bombole (1er avec 22,6%) ; Francis Kalombo (3ème avec 15,3%) ; de Katebe Katoto (4ème avec 15%) et Gérard Mulumba (5ème avec 11,7%).

Le Phare parmi les journaux les plus achetés et lus

Dans la 2ème catégorie de ce sondage, Le quotidien Le Phare a été classé 2ème (avec 10,7%) sur vingt journaux de la presse écrite les plus achetés et lus, à côté de Le Potentiel (1er avec 12,6%) ; La Référence Plus (3ème avec 6,1%) ; Le Palmarès (3ème aussi avec 6,1%) et Africa News (5ème avec 5,7%). Par contre, la 3ème catégorie qui traite des journaux de la presse écrite qui défendent  gratuitement les droits de la personne en danger, Le Phare occupe la 3ème place (avec 11,90%), parmi les 14 journaux choisis par les sondés ; à côté de Référence Plus (1ère avec 13,85%) ; La Tempête des Tropiques (2ème avec 12,80%) ; Le Potentiel (4ème avec 10%) et Africa News (5ème avec 9,33%)
La dixième catégorie concernait la désignation de 7 anciens premiers ministres qui ont bien rendu service à leurs nations respectives jusqu’à ce jour. Margaret Thatcher est classée 1ère avec 21,1% de vote ; suivie de Lunda Bululu (2ème avec 17% ) ; Etienne Tshisekedi wa Mulumba (3ème avec 16,7%) ; John Mayor (4ème avec 16,2%) et Antoine Gizenga (5ème avec 13%). Il convient également de noter la performance du ministre de la justice et droits humains, Janvier Luzolo Bambi qui a été classé 1er (avec 17%) sur une liste de onze ministres qui sont en train de bien travailler dans les gouvernements de leurs pays respectifs, suivi de  Hilary Clinton (2ème avec 16,4%) ; Alain Akouala Atipault (portefeuille) 3ème avec 8,9%, Jeanine Mabunda (portefeuille) 4ème avec 8,8% et Claudine Munari (Commerce) 5ème avec 7,9%.

Les autres catégories concernaient les ambassades, les radios, les télévisions, les anciens présidents, les ongs locales et internationales, les activistes de droits de l’homme, les journalistes etc ; qui ont lutté et continuent de bien travailler pour les droits de l’homme. Au grand étonnement des journalistes, ce discours semblait subversif au regard de l’ANR/Kalamu qui a jugé bon d’interpeller le président de la FBCP. Malgré les explications des journalistes présents, de l’avocat-conseil de l’Hôtel Matonge, le responsable de l’Anr ne voyait dans le point de presse qu’une « grave infraction à sa propre loi », puisque la Constitution ne prévoit pas une autorisation avant de tenir un point de presse. C’est tard dans l’après midi du même jour, après « d’âprês négociations à la congolaise » que l’infortuné a été libéré. Cet incident illustre le manque de maîtrise des lois congolaises dans le chef de certaines autorités qui dirigent le pays.

                               SAKAZ

LEAVE A REPLY

*