Droits humains : la RDC toujours aux abonnés absents

0
24

 Pour la troisième fois, la Rd Congo était pointé absente à la 47ème session ordinaire de la Commission africaine de Droits de l’Homme et des Peuples, tenue dans Atlantic Hotel de Banjul, du 12 au 26 mai 2010, en Gambie. En constatant cette absence de notre pays aux sessions de cette Commission, pour la troisième fois consécutive, les défenseurs des Droits de l’Homme de la Rd Congo, participants à ces assises et qui viennent de rentrer à Kinshasa, ont dénoncé cette absence qui a des conséquences désastreuses sur le pays. Parmi ces conséquences figurent le report de la présentation et de l’examen du rapport périodique sur l’état de mise en œuvre  de la Charte africaine de Droits de l’Homme et des Peuples en Rdc, rapport soumis à la Commission depuis 2007. Cette nouvelle est contenue dans une déclaration signée par huit défenseurs de droits de l’Homme ayant fait par leurs propres moyens le déplacement de Banjul et déposée hier jeudi 27 mai 2010 à notre rédaction par Amigo Ngonde Funsu, responsable de l’ong Reprodoc.

 

          La déclaration exprime sa préoccupation sur l’intérêt pratique de ce rapport qui, non seulement ne reflète plus la situation des Droits de l’Homme sur terrain, mais en plus aurait dû déjà être suivi d’un rapport subséquent eu égard au délai de soumission des rapports étatiques  à la Commission qui est de deux ans. Elle souligne aussi le manque de collaboration de l’Etat congolais avec la Commission dans l’instruction des communications dirigées à son encontre, et dont l’issue conditionne particulièrement le sort des personnes qui moisissent depuis de longues années dans les couloirs de la mort. Et pour une évolution de cette situation, les défenseurs recommandent que la Commission mette en demeure la Rdc quant à sa défaillance dans la présentation de son rapport périodique et lui rappeler son obligation de présenter son rapport périodique à la prochaine session de la Commission, faute de quoi, ce rapport sera examiné en son absence. En outre, la Rdc devra être informée sur la détermination de la Commission à se prononcer sur les communications la concernant, avec ou sans ses observations.
          Toutefois, la déclaration recommande aussi à notre pays de reconsidérer sa position à l’égard de la Commission en lui apportant sa coopération et en actualisant son rapport avec l’aide des défenseurs des Droits de l’Homme. La déclaration se termine en lançant un appel à toutes les ongs de droits de l’homme pour qu’ils se joignent aux  signataires du présent document.
SAKAZ

LEAVE A REPLY

*