Droits de l’homme : la RDC mauvaise élève

0
37

 Le siège de la Voix des Sans-Voix pour les droits de l’homme (VSV) a servi de cadre, vendredi 1er octobre 2010, à la publication officielle du rapport annuel 2010 de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme. La conférence de presse a été animée par Roger Bouka Owoko de l’Organisation Mondiale contre la torture (OMCT). Il était assisté de Dismas Kintenge, vice-président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et président du Groupe Lotus-RDC et de Rostin Manketa, directeur exécutif adjoint de la Voix des Sans voix pour les droits de l’homme.

            Dan ce rapport de 567 pages intitulé « L’obstination du témoignage » , la RDC est classée parmi les seize pays africains identifiés comme les plus grands violateurs des doits humains avec notamment le Burundi,  l’Ethiopie, la Libye, le Congo-Brazzaville, la Gambie, la Guinée Equatoriale, le Kenya, la Mauritanie, le Niger, la République Centrafricaine, le Sénégal, la Somalie, le Soudan, le Tchad…

            Pour le cas de notre pays, l’Observatoire énumère, de la page 140 à 147, de nombreux cas d’harcèlement des défenseurs des droits de l’homme appelant à la sauvegarde de la démocratie et des droits économiques. Il fustige des représailles contre les défenseurs qui luttent contre l’impunité des crimes graves, de même que des actes de harcèlement contre les femmes défenseurs qui dénoncent des violences sexuelles. Il condamne également des obstacles et actes de harcèlement judiciaire à l’encontre es défenseurs des droits de l’homme (cas des activistes des Amis de Nelson Mandela) dénonçant les mauvaises conditions de travail.  

            A propos de l’ignoble assassinat de Floribert Chebeya Bahizire de la VSV et de la disparition inexpliquée de son chauffeur Fidèle Bazana, Rostin Manketa a relevé la mauvaise foi manifeste des autorités du pays à faire éclater la vérité par la voie judiciaire. « L’on recourt, curieusement à l’usure du temps, afin de faire oublier au peuple congolais ce crime crapuleux », a fait observer Dismas Kintenge, qui a rassuré que l’Observatoire ne tombera jamais dans un tel piège.

            Pour rappel, l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme est un programme d’alerte, de protection et de mobilisation mis en place en 1997, par la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT). Il est fondé sur la nécessité d’une réponse systématique des ONG et de la communauté internationale à la répression dont les défenseurs des droits de l’homme sont victimes. Il vise également à briser l’isolement dans lequel se trouvent ces militants. En 2009, l’Observatoire a diffusé 424 interventions urgentes au sujet de 719 défenseurs et 100 organisations dans 72 pays.                       Michel  LUKA

 

LEAVE A REPLY

*