Dr Laetitia Mavinga : « Les enfants allaités au sein ont un quotient intellectuel plus important que ceux nourris au lait artificiel»

0
119

C’est ce samedi 29 mars 2014  que le monde va célébrer la journée internationale de l’allaitement. En marge de cet événement, Le Phare a rencontré le docteur Laetitia Mavinga, médecin pédiatre, spécialiste en néonatologie aux cliniques universitaires de Kinshasa. Cet échange sur les bienfaits de l’allaitement maternel  va éclairer la lanterne  de la population sur les zones d’ombre et les spéculations liées à l’allaitement maternel.

Quels sont les bienfaits de l’allaitement maternel?

Le lait maternel est composé de plusieurs vertus. Il renferme des composantes bien équilibrées qui s’adaptent au fonctionnement du tube digestif du nouveau -né. En plus, c’est un lait riche en anticorps qui  préserve le bébé des maladies et contient toutes les substances nutritives favorisant  une croissance harmonieuse du bébé.  Le fait de  donner ce lait à  l’enfant  rapproche la mère de son bébé et crée un lien affectif plus intense. Tandis que le lait artificiel est constitué des composantes en excès qui peuvent donner trop des selles à l’enfant, des troubles digestifs, diarrhées, etc. Un autre avantage du lait maternel est que le cerveau du nouveau né, nourrit au lait maternel, est mieux développé avec des performances beaucoup plus importantes que les enfants allaités au lait artificiel. A ce sujet, des recherches ont prouvé que les enfants allaités par leurs mères avaient un quotient intellectuel beaucoup plus important que ceux nourris au lait artificiel.

Est-t-il obligatoire que le nouveau-né soit nourris exclusivement au lait maternel pendant ses six premiers mois?

Oui ! Cela est l’une des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).   Le mot exclusivement sous-entend que l’enfant  ne doit recevoir rien d’autre que le lait maternel pendant ses six premiers mois, peu importe la chaleur. Pendant cette période, l’organisme de l’enfant n’a besoin que des éléments qui sont contenus dans le lait maternel. Même en cas de fortes chaleurs,  la mère ne doit donner que du lait maternel à son bébé puisqu’il contient à 80%  d’eau.  Nous nous soumettons aux instructions de l’OMS à ce sujet parce que les études menées à travers le monde ont toutes abouti à la même conclusion selon laquelle, l’ajout d’autres aliments en plus du lait maternel crée des infections digestives à répétition (diarrhées, vomissements,….)  et  trouble la croissance harmonieuse de l’enfant. C’est au-delà de six mois qu’on  commence la diversification parce qu’en ce moment, l’organisme du nourrisson a  besoin d’autres éléments pour renforcer ceux contenus dans le lait maternel. Dans un premier temps, on commence par les céréales sous forme de bouillie qui, ensuite est associée au jus. Et c’est vers le huitième mois qu’on y  ajoute la boisson, la viande, etc. jusqu’à ce que l’enfant s’adapte à tous les aliments.

Certains médecins recommandent aux mères de donner de l’eau à leurs enfants dès la naissance. N’est-ce pas là une contradiction entre vous ?

Certains médecins ne sont pas informés sur les avancées des recherches. Si l’OMS a donné cette instruction, c’est parce qu’il y a des études qui ont été menées dans le monde à ce sujet.

Ne trouvez-vous pas qu’il est difficile pour les femmes qui travaillent d’appliquer l’allaitement exclusif à leurs enfants ?

Il est vrai que ça n’a toujours pas été facile pour les femmes qui travaillent, de respecter cette recommandation, surtout dans notre pays où l’heure n’est souvent pas respectée. C’est ainsi que certaines femmes introduisent précocement le lait artificiel dans l’alimentation de l’enfant. Dans des cas pareils, les femmes peuvent presser le lait maternel dans un bocal qui peut être conservé pendant huit heures dans un réfrigérateur ou une température ambiante. Il n’est pas recommandé de chauffer ce lait avant de le donner à l’enfant. Après l’heure indiquée, il faut le jeter car celui-ci perd toutes ses vertus. Et nous conseillons aux femmes d’utiliser la tasse ou la cuillère à la place du biberon parce qu’en utilisant ce dernier, l’enfant finit par préférer le biberon au sein, étant donné qu’il ne fournit pas assez d’efforts pour tirer le lait contrairement lorsqu’il est nourri directement au sein.

Quelles sont les raisons qui poussent certains enfants à refuser le lait maternel ?

Tout nouveau-né ou nourrisson a toujours le reflexe de sucien et de déglutition (le fait de tirer et avaler), peu importe son âge. Ce réflexe apparaît déjà pendant la grossesse lorsque l’enfant arrive à son sixième mois. Quand un enfant ne manifeste pas ce réflexe, il faut premièrement penser à une maladie. Il peut s’agir de la méningite ou de l’hypoglycémie s’il n’a plus le sucre dans le sang. Ce qui peut rendre le bébé faible pour qu’il fasse cet effort de tirer le lait.

Qu’est-ce qui arrive à l’enfant qui n’a pas pris le lait maternel durant son enfance?

C’est tout simplement un enfant qui a raté tous les avantages que procure le lait maternel. Mais il y a certaines situations qui ne permettent pas à ce que l’enfant prenne le lait maternel. Par exemple,  les enfants nés des mères VIH qui peuvent facilement être contaminés étant donné que cette infection se trouve dans tout ce qui est liquide dans l’organisme. On est aussi obligé de donner le lait artificiel à un enfant qui a perdu sa mère dès la naissance même si cela aura des conséquences sur sa croissance.

Est-ce vrai que  le lait maternel s’abîme dans le sein de la mère si l’enfant ne tète pas pendant un ou deux jours ?

Pas du tout ! Il peut arriver que l’enfant ne soit pas capable de téter pendant quelques jours s’il tombe malade. Mais cela ne signifie pas que ce lait maternel s’abîme par la suite. Le vrai problème se situe plutôt au niveau de la mère parce que le fait de ne pas allaiter pendant un temps peut lui causer quelques malaises. Mais cela n’affecte en rien le lait maternel.

A quel moment doit-on donner le lait maternel à l’enfant ?

Il est conseillé d’alimenter l’enfant à l’aide du lait maternel nuit et jour, peu importe le lieu où se trouve la mère. Pendant la période néo-natale, l’enfant tète en moyenne huit fois par jour. Plus il grandit, plus le nombre des tétés a tendance à diminuer. C’est ce qui fait que vers le sixième mois, l’enfant tète seulement 3 à 4 fois. Quand la mère remarque que l’enfant pleure, soit il a faim, soit il a mouillé ses couches ou carrément il est malade.

Quelles sont les conséquences qui peuvent découler de la consommation de l’alcool pendant la grossesse ?

Pendant la grossesse, les femmes alcooliques font courir beaucoup des risques à leur fœtus. L’enfant peut naître avec des malformations, des anomalies. Et habituellement, ces bébés naissent avec un faible poids. Mais pendant l’allaitement, l’alcool n’a pas beaucoup d’impact sur l’enfant. Seulement cette femme qui est à tout moment alcoolique peut ou ne pas bien s’occuper de son enfant, vu son état.

Que direz-vous aux jeunes mamans qui évitent d’allaiter pendant longtemps leur bébé sous prétexte que les seins vont « tomber » ? 

Cela ne peut en aucun cas être une raison parce que l’enfant a besoin de ce lait pour bien grandir. Si les seins de ces femmes tombent, souvent c’est parce qu’elles ne prennent pas une bonne position pour allaiter l’enfant. La femme qui allaite son enfant doit bien s’asseoir et bien tenir son enfant. Par exemple, si vous donnez le sein gauche au bébé, la main gauche doit soutenir les fesses de l’enfant et la main droite va soutenir à son tour le sein qui allaite.  Le fait de presser le sein lorsque l’enfant tète est une terrible erreur parce qu’à l’intérieur des seins,  il y a ce qu’on appelle les canons galactophores qui véhiculent le lait. Et quand vous faites ce mouvement de pression, vous comprimez ces canaux qui ne permettent pas au lait de sortir abondamment.

Perside Diawaku et

Myriam Iragi

LEAVE A REPLY

*